skartnak
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Cede.ch

[Webzine] Destination Rock


 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Skartnak.com Index du Forum -> Ton site Internet
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Dkal
Skartnak addict


Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 11

MessagePosté le: Jeu 30 Nov 2006 10:22    Sujet du message: [Webzine] Destination Rock Répondre en citant

Rock is Dead ? Pas vraiment! Une équipe de passionnés tente de vous refaire vivre [ou faire revivre pour certains] la grande épopée du rock, de 1956 à 2007, à travers des centaines d'albums réunis sous la grande bannière du rock. Du premier Elvis Presley aux dernières nouveautés Metal, du plus endiablé des albums de Rockabilly jusqu'au Grind le plus malsain, en passant par le Hard Rock, le Punk, la New Wave ou l'electro. Personne n'est épargné ! Destination Rock vous propose un voyage au coeur du rock avec ses centaines de chroniques, ses dossiers variés, ses news ou live report, ses interviews et autres galeries photos. Alors pour une bonne dose de rock, une seule destination : Destination Rock

Dernière édition par Dkal le Mar 21 Fév 2012 12:59; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dkal
Skartnak addict


Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 11

MessagePosté le: Dim 03 Déc 2006 18:36    Sujet du message: Répondre en citant

Géologie rock. 558 millions de dollars. C’est ce que rapporta la tournée A Bigger Bang des Rolling Stones, en support de l’album du même nom, menée entre 2005 et 2007 devant plus de quatre millions de spectateurs. Les précédents records de U2 et Madonna sont pulvérisés, et ce par des musiciens ayant tous dépassé la soixantaine. Le quatuor londonien, plus de quarante ans après sa création, continue de dominer les scènes mondiales, renvoyant tous ses successeurs dans les cordes. Pourtant, il y a bien longtemps que ses heures fastes sont passées. Le rock a su évoluer sans ces quatre-là, enfermés dans leurs stades et leurs châteaux de province. Il faut croire que les Rolling Stones demeurent le symbole d’une époque depuis longtemps révolue, ainsi que l’un des groupes fondateurs du rock tel qu’on le connaît aujourd’hui, auteur de classiques devenus indémodables depuis. En ce moment, après quelques années de repos mérité, les Stones reviennent à la une : la publication de l’autobiographie de Keith Richards, mêlant anecdotes sur la vie ordinaire d’un junkie moyen et remarques acerbes à l’égard de son comparse Mick Jagger, a une nouvelle fois attiré l’attention du public sur un groupe dont on savait déjà tout, ou dont l’on croyait tout savoir. Des rumeurs faisant état d’une tournée d’adieu ont également affleuré çà et là. Nul doute que ce projet, s’il se concrétise, battra les records de leur précédente série de concerts. Les Stones sont ainsi. Ils sont pour toujours les rois, malgré leur semi-retraite, malgré leur paresse de souverains vieillis et fainéants. Mais n’oublions pas qu’ils ont été un jour grands, très grands. Ces quelques chroniques peuvent aider à s’en souvenir. Et, comme disait John Lennon, « Le plus surprenant n’est pas la séparation des Beatles, mais le fait que les Stones soient toujours ensemble ». Ulyss.


*Le Riff, le Groove et l’Inspiration: retour sur les White Stripes




10's

Earth - Angels of Darkness, Demons of Light 1 - 2011
Oyabun - Gods & Dogs - 2011


00's

Alter Bridge - Live From Amsterdam - 2010
Iszoloscope - The Edge of Certainty - 2010
High on Fire - Snakes for the Divine - 2010
Katerine - Philippe Katerine - 2010
Motörhead - The World is Yours - 2010
Killing Joke - Absolute Dissident - 2010
Volbeat - Beyond Hell/Above Heaven - 2010
Down - Diary of a Mad Band, Europe In The Year of VI - 2010
Agnes Obel - Philharmonics - 2010
The Booze - Reels and squeals - 2010
Jamiroquai - Rock Dust Light Star - 2010
Spiritual Beggars - Return To Zero - 2010
Wino - Live At Roadburn 2009 - 2010
Dirty Fonzy - Underground City - 2010
Astra - The Weirding - 2009
Mono - Hymn to the Immortal Wind - 2009
Steven Wilson - Insurgentes - 2008
Steve Roach - A Deeper Silence - 2008



90's

ZZ Top - Rhythmeen - 1996



70's

The Rolling Stones - Some Girls - 1978
Budgie - Impeckable - 1978
Rory Gallagher - Photo Finish - 1978
The Rolling Stones - Black and blue - 1976
Rory Gallagher - Calling Card - 1976
Pink Floyd - Wish You Were Here - 1975
The Rolling Stones - Its Only Rock n Roll - 1974
Rory Gallagher - Tattoo - 1973
The Rolling Stones - Goats Head Soup - 1973
Pink Floyd - Dark Side Of The Moon - 1973
Matthew Fisher - Journey's End - 1973
Triumvirat - Mediterranean Tales - 1972
Pink Floyd - Meddle - 1971


60's

Stevie Wonder - Signed, Sealed & Delivered - 1970
King Crimson - In the Court of the Crimson King - 1969
The Zombies - Odessey & Oracle - 1968
The Rolling Stones - Between the Buttons - 1967
Herman s Hermits - There s a Kind of Hush All Over the World - 1967
The Rolling Stones - Aftermath - 1966
Manfred Mann - The Five Faces of Manfred Mann - 1964


Dernière édition par Dkal le Mar 21 Fév 2012 13:01; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dkal
Skartnak addict


Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 11

MessagePosté le: Dim 10 Déc 2006 23:13    Sujet du message: Répondre en citant

Portrait diaphane d'Evergrey. Lorsque l’on s’ennuie ferme en Suède et que l’on est natif de Göteborg, deux options s’offrent à vous. Créer un groupe de death metal ou partir en Patagonie à la recherche des indiens Mapuche. Choix cornélien, me direz-vous ? Sans aucun doute. Face à ce dilemme, Tom choisira la première option. Pour un temps du moins. Avant de voir la vie en gris. En Evergrey surtout. Pour autant, tenter l’aventure, c’est également trouver le bon créneau. Celui-ci sera donc dark metal progressif à fort impact mélodique. Les débuts sont plutôt difficiles, mais en quelques années plusieurs disques de qualité vont s’enchaîner. Le public suit, mais le vaisseau Grey tarde à passer à la vitesse lumière. Pour beaucoup, le potentiel du groupe semble s’effeuiller. Certains évoquent même la redite. Cela affecte Tom. Naturellement. Néanmoins, le gardien du temple ne se laisse pas abattre et Torn l’orageux vient remettre de l’ordre dans la maison d’Asgard. De l’ordre, c’est déjà ça. Mais les fidèles sont exigeants. Ils en veulent toujours plus. Alors, l’homme en gris va tenter le grand saut. Le voilà ! Il s’élance ! Au bout du tremplin deux mots lui passent par la tête : Glorious Collision ! Cela sera t-il suffisant pour éviter la chute libre ? Starchild

10's
Evergrey - Glorious Collision - 2011
Radiohead - The King of Limbs - 2011

00's
Otep - Smash the Control Machine - 2009
The Dø - A Mouthful - 2008
The Gates of Slumber - Conqueror - 2008
Tinariwen - Aman Iman - 2007
Laurie Anderson - Life on a String - 2001

90's
Suicidal Tendencies - The Art of Rebellion - 1992

80's
Stevie Ray Vaughan - In Step - 1989
Bérurier Noir - Abracadaboum - 1987
Bérurier Noir - Concerto pour détraqués - 1985

70's
Toad - Tomorrow Blue - 1972
Toad - Toad - 1971

60's
Pink Floyd - More - 1969
The Rolling Stones - Out of our heads - 1965


Dernière édition par Dkal le Mar 21 Fév 2012 13:01; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dkal
Skartnak addict


Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 11

MessagePosté le: Sam 13 Jan 2007 13:21    Sujet du message: Répondre en citant

The Move : l'insolence psychédélique. The Move demeure parmi les plus illustres acteurs de la scène psychédélique anglaise de la fin des années soixante. Son insolence très prononcée occulte volontiers la richesse de sa musique et contrarie hélas à l'époque son exportation aux États-Unis. Constitué à la manière d'un supergroupe, le collectif réunit les pointures de la scène de Birmingham et se distingue rapidement grâce à des performances fracassantes inspirées des Who et des Beatles. Les destructions scéniques spectaculaires et parfois ahurissantes ponctuent alors des hymnes puissants et fantasques, le tout suscitant l'intérêt croissant du public londonien et des différents professionnels du milieu. Le succès retentissant des quatre premiers 45tours, qui se hissent dans les cinq premières places du classement, installe la formation aux cotés des plus prometteuses de l'époque. Hélas, en concentrant ses efforts sur la scène et sur ce marché des 45tours, The Move ne parviendra jamais à séduire en masse avec ses albums, ce à une époque où ce format prend une importance capitale. Les deux premiers s'avèrent contrariés par un manque relatif de consistance et sortent avec un retard non négligeable tandis que les deux derniers, tout aussi valeureux, constituent avant tout des œuvres transitionnelles.

Les compositions du groupe sont initialement celles de Roy Wood, sans conteste l'un des artistes les plus éclectiques et excentriques de sa génération. Son talent reste profondément sous-estimé, autant pour ses brillantes mélodies que pour ses textes subversifs, absurdes et volontiers inconvenants. Le groupe est d'ailleurs poursuivi par le premier ministre de l'époque puis condamné en raison d'une carte postale promotionnelle jugée diffamatoire et sombre ultérieurement dans une regrettable autocensure en refusant de proposer le génial "Cherry Blossom Clinic" comme 45tours, ce dernier traitant d'un malade interné dans un asile. De nouveaux tubes permettent cependant à la formation de survivre à son délitement progressif, jusqu'à ce que Wood parvienne enfin à recruter un second compositeur en la personne de Jeff Lynne. Les deux hommes s'accordent d'emblée sur un nouveau projet : le futur Electric Light Orchestra, duquel The Move deviendra la rampe de lancement. Si aucun des albums de la formation ne peut prétendre au statut de chef d'œuvre d'un genre, les quatre renferment des pièces d'exception sur lesquelles le collectif flirte avec le psychédélisme, le hard rock et le progressisme. Ces œuvres bien plus complexes et passionnantes que les 45tours, ne sauraient ainsi être contournées sous peine de réveiller la colère du Religionnaire. Religionnaire


10's
Avril Lavigne - Goodbye Lullaby - 2011
Jack And The Bearded Fishermen - Places To Hide - 2011
La Rotule 50s - Except the train - 2011
The Dø - Both Ways Open Jaws - 2011
Bukowski - The Midnight Sons - 2011


00's
Wino - Adrift - 2010
Antony and The Johnsons - I Am a Bird Now - 2005

90's
Burzum - Filosofem - 1996

70's
The Move - Message from the Country - 1971


60's
The Move - Lookin On - 1970
The Move - Shazam - 1970
The Move - The Move - 1968
The Left Banke - Walk Away Renée/Pretty Ballerina - 1967
The Searchers - It s the Searchers - 1964

50's
The Everly Brothers - The Everly Brothers - 1958


Dernière édition par Dkal le Mar 21 Fév 2012 13:02; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dkal
Skartnak addict


Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 11

MessagePosté le: Ven 19 Jan 2007 22:48    Sujet du message: Répondre en citant


Incubus, ou le parangon du mainstream frustrant.
Ah... La Californie... Cette si belle région. Eden du cinéma et de la culture gay, théâtre de toutes les extravagances, qu'elles soient politiques ou culturistes (qui a crié "Schwartzy"?), la Californie envoûte et répugne. Inhérents à toute fascination, ces deux sensations poussent tout amant du rock à s'intéresser de plus près aux charmes musicaux de cette contrée, une des plus prolifiques en la matière. Rappelons-nous le psychédelisme (Jefferson Airplane, Doors, Grateful Dead...), les Red Hot, Metallica... En 1997, Incubus vient s'ajouter à la longue listes de ces talents avec un album de fusion funk/metal/jazzy incendiaire, insouciant, incorruptible : l'incroyable S.C.I.E.N.C.E. Paradoxalement, ils rencontreront un succès inattendu grâce à cet opus ; engagés sur la route de la gloire, ils sortent Make Yourself et sa fournée de tubes en 99 (Stellar, Drive, Pardon Me). Le succès grandit, grandit... Et le paroxysme artistique et commercial est atteint avec Morning View, ôde poétique au rock et sa diversité. Mais à l'instar des Red Hot Chili Peppers à partir de Californication, cette réussite commerciale a engouffré le groupe dans une pop à l'accalmie soporifique le temps de deux albums... Morning View est le OK Computer de la bande de Calabasas, le signe divin d'une perdition semblant aujourd'hui irréversible. Avec un titre évocateur de la cible de leur nouveau single, "Adolescents", Incubus s'enfonce de plus en plus dans une pop mainstream aux accents auto-tunés imbuvables. Mais bon, c'est la mode. Et l'on a beau demeurer un excellent chanteur comme Brandon Boyd, le robotisme attire, ces temps-ci. Doc



10's

PJ Harvey - Let England Shake - 2011
The Real Mac Coy - Barn Sessions - 2011
Uriah Heep - Into the Wild - 2011
Beardfish - Mammoth - 2011
Nazareth - Big Dogz - 2011
Blackfield - Welcome to My DNA - 2011
Phideaux - Snowtorch - 2011
Crowbar - Sever The Wicked Hand - 2011


00's

PJ Harvey & John Parish - A Woman A Man Walked By - 2009
The Kills - Midnight Boom - 2008
Incubus - Light Grenades - 2006
Imogen Heap - Speak for Yourself - 2005
Incubus - A Crow Left Of The Murder - 2004
Incubus - Morning View - 2001


90's

Electric Wizard - Dopethrone - 2000
Incubus - Make Yourself - 1999
Burzum - Filosofem - 1996
Alice In Chains - Alice In Chains - 1995


80's

Bérurier Noir - Souvent fauché, toujours marteau - 1989


70's

Aerosmith - Rocks - 1976
Dr Feelgood - Down By The Jetty - 1975


Dernière édition par Dkal le Mar 21 Fév 2012 13:02; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dkal
Skartnak addict


Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 11

MessagePosté le: Ven 26 Jan 2007 20:53    Sujet du message: Répondre en citant

La suite de la CUP

Finale:

Helloween
Blind Guardian

C'est là que ça se passe
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dkal
Skartnak addict


Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 11

MessagePosté le: Dim 04 Fév 2007 15:14    Sujet du message: Répondre en citant

That 70’s show. Porcupine Tree, des débuts psychédélico-désastreux à la révélation progressive.

Pour beaucoup, Porcupine Tree n'est né qu'en 2002, date de la sortie de l'excellent In Absentia, premier album d'une longue série à la physionomie plus proche du metal, série toujours d'actualité en 2011. Très peu se sont penchés sur le travail solo de Steven Wilson avant que les autres membres du groupe ne le rejoignent véritablement en 1996, pour Signify. Les deux premiers opus, On The Sunday Of Life (1991) et Up The Downstair (1993), sont de bien piètres hommages aux maîtres du genre psychédélique. Quelques passages psytrance marquent une certaine audace (n'oublions pas qu'à l'époque, Porcupine Tree n'est qu'un vaste canular solo), mais ne suscitent pas réellement l'intérêt, sauf l'entêtante "Synesthesia", plaisant aperçu avant l'heure du talent du garçon. Le très floydien The Sky Moves Sideways (1995) et le plus indécis Signify (1996) représentent plus une transition qu'une véritable période progressiste. Le premier, même si définitivement trop inspiré du Floyd de Wish You Were Here dans la forme comme le fond, renferme quelques bons passages, notamment sa plage titre. Le second, plus ou moins affranchi de cette inspiration, se révèle beaucoup moins inspiré (voyez le paradoxe), témoignant d'une incapacité à allier passages atmosphériques et mélodies accrocheuses.

Les critiques auront un réel impact sur la suite des évènements : fatigués d'être considérés comme les nouveaux Pink Floyd, les membres de la formation décident de se remettre en question et se lancent dans une pop progressive de haute volée avec Stupid Dream (1998). Éloigné des digressions atmosphériques, la nouvelle et audacieuse recette du groupe appelle des ingrédients plus récents, comme la mélancolie mystique de Radiohead, qui vient de publier son Ok Computer, mais aussi une pop plus accessible et racoleuse. Lightbulb Sun (2000) suit magistralement cette voie tout en affichant une personnalité plus intimiste, plus personnelle du quartet. In Absentia sera le point de non-retour orienté vers le metal. Depuis, Steven Wilson fait montre d'une créativité metallique débordante avec les monstrueux Deadwing et Fear Of A Blank Planet, bien qu'il ait dernièrement affiché quelques unes de ses plus regrettables faiblesses comme le conceptuel The Incident. Doc



90's

Porcupine Tree - Lightbulb Sun - 2000
Porcupine Tree - Signify - 1996
Porcupine Tree - The Sky Moves Sideways - 1995
Porcupine Tree - Up The Downstair - 1993
Porcupine Tree - On The Sunday Of Life - 1991


70's

Funkadelic - One Nation Under A Groove - 1978
David Bowie - Heroes - 1977
David Bowie - Low - 1977
Boney M. - Take the Heat off Me - 1976
Ken Russell - Tommy - 1975
Armageddon - Armageddon - 1975
Hawkwind - Hall Of The Mountain Grill - 1974
Aphrodite's Child - 666 - 1972
Roxy Music - Roxy Music - 1972
Pluto - Pluto - 1971
Fuzzy Duck - Fuzzy Duck - 1971
Wings - Wild Life - 1971
Pink Floyd - Live at Pompeii - 1972
Paul McCartney - Ram - 1971
Orang-Utan - Orang-Utan - 1971


Dernière édition par Dkal le Mar 21 Fév 2012 13:02; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dkal
Skartnak addict


Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 11

MessagePosté le: Jeu 01 Mar 2007 16:55    Sujet du message: Répondre en citant

Chronique d'une mort annoncée. Le ramollissement général amorcé par les RHCP avec Californication en 1998 a, en cette musicalement médiocre année 2011, atteint un nouveau paroxysme. Le remplacement du guitariste John Frusciante - ce dernier souhaitant judicieusement se concentrer sur sa carrière solo – par son ami Josh Klinghoffer aurait pu apporter fraîcheur et renouveau à une entreprise alors totalement ramollie. Il n'en est rien. Au contraire, I'm With You est frappant par sa surenchère de mélodies soporifiques associées à des refrains calibrés pour la radio. Inexistant, Klinghoffer y est déprimant de discrétion, qualité rapidement devenue défectueuse dans une formation comme les Red Hot Chili Peppers, originellement excentrique et fantaisiste. Leur chute, entamée à partir de Californication, semble désormais irréversible. A ce titre, le parcours des RHCP depuis leur début est équivalent à celui d'Incubus.

Aussi originaires de Californie, ces derniers débutent également au sein de la scène Fusion avant d'opérer un virage pop plus maîtrisé et excitant que celui des RHCP en 2001 (Morning View). En 2004, pris d'une sénilité précoce, Incubus sort A Crow Left Of The Murder, témoignage d'une déliquescence dans les esprits saccharinés d'une variété internationale avilissante. Dégénérescence exponentielle puisque son paroxysme est atteint cette année avec If Not Now, When ?, presque aussi mauvais et accablant que le dernier Avril Lavigne.

Pourtant, les chiffres de vente des deux groupes sont aujourd'hui énormes : I'm With You est deuxième du classement Billboard dix jours après sa sortie, If Not Now, When? est quant à lui 80è, trois mois après sa sortie. Si le but commun des deux formations californiennes est la pérennisation de leur album dans les charts, alors cet objectif est atteint. Malheureusement. A toujours vouloir plus de reconnaissance, ces artistes oublient qu'ils en sont, des artistes, et se transforment peu à peu en usines à insignifiances inexpressives. Au revoir Mr Flea, Mr Kiedis, Mr Boyd, Mr Einziger. Bonjour John Frusciante, peut-être... Doc


*Le top et le flop 2010 de la rédaction

*Le top 2010 des lecteurs





10's
Red Hot Chili Peppers - I'm With You - 2011
Incubus - If Not Now, When ? - 2011
Amplifier - The Octopus - 2011
Otep - Atavist - 2011
Vanessa Carlton - Rabbits on the Run - 2011
Yes - Fly From Here - 2011
The Gates of Slumber - The Wretch - 2011
Spark Gap - The Boys From Alaska - 2011
Kenny Wayne Shepherd - How I Go - 2011
June DeVille - Swan Song of the Coyote - 2011
Far Plain - Human Forbidden - 2011
Black Country Communion - II - 2011
Ancestors - Invisible White - 2011
Blood For Navajos - First Blood - 2011
Zoroaster - Matador - 2011
Nemo - R€volu$ion - 2011
The Atomic Bitchwax - The Local Fuzz - 2011
Neal Morse - Testimony 2 - 2011
Karma to Burn - V - 2011
Mike Tramp & the Rock n Roll Circuz - Stand Your Ground - 2011
Arctic Monkeys - Suck It And See - 2011
Kate Bush - Director's Cut - 2011
Karma to Burn - Appalachian Incantation - 2010
Brandon Boyd - The White Trapeze - 2010


00's
The Gates of Slumber - Hymns of Blood and Thunder - 2009
Goatsnake - I - 1999
The Gates of Slumber - Hymns of Blood and Thunder - 2009
Firebird - Grand Union - 2009
Sepultura - A-lex - 2009
Flight Of The Conchords - Flight Of The Conchords - 2008
Danava - Danava - 2006
System of a Down - Mezmerize - 2005
Nine Inch Nails - With Teeth - 2005
Weedeater - Sixteen Tons - 2003

90's
Nine Inch Nails - The Fragile - 1999
Red Hot Chili Peppers - Californication - 1999
Pink Floyd - PULSE - 1995
Nas - Illmatic - 1994
Pink Floyd - The Division Bell - 1994
Pearl Jam - Vitalogy - 1994

80's
The Fuzztones - Lysergic Emanations - 1985

70's
Elvis Costello - This Year's Model - 1978
Uriah Heep - Innocent Victim - 1977
Baker Gurvitz Army - Baker Gurvitz Army - 1974
Led Zeppelin - III - 1970

60's
Spooky Tooth - Spooky Two - 1969
Head Machine - Orgasm - 1969
Dillard & Clark - Through The Morning, Through The Night - 1969
The Byrds - The Notorious Byrd Brothers - 1968
The United States of America - The United States of America - 1968
The Byrds - Younger Than Yesterday - 1967

50's
Elvis Presley - Sun Sessions - 1954


Dernière édition par Dkal le Mar 21 Fév 2012 13:02; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
cedrik
Serial Posteur


Inscrit le: 22 Oct 2005
Messages: 1680

MessagePosté le: Jeu 01 Mar 2007 17:21    Sujet du message: Répondre en citant

Lucien, je pense à un truc !

et si on organisait le concours de celui qui met le plus de lien 'html' dans ses messages sur le forum ?


(tchieu le courage... Visiblement skartnak t'es pas le seul à rien foutre de tes journées ! )

lol lol lol
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dkal
Skartnak addict


Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 11

MessagePosté le: Jeu 01 Mar 2007 17:37    Sujet du message: Répondre en citant

lol...nan il passe son temps sur mon forum. :D

Un doigt dans le Culte. Qu’est ce donc qu’un album culte ? Sans que cela soit fait exprès - sinon les choix auraient été plus évidents – la sélection de ce mois-ci a tenté à sa manière d’y répondre. Certes le qualificatif est galvaudé, mais il a le mérite d’être intelligible pour beaucoup. Il est en quelque sorte le fil rouge de cette mise à jour, en virtuel du moins. Car du culte il y’en a sous toutes formes ici, même si a priori rien ne permet de trouver le moindre point commun entre le foutraque Zappa, le rock en toute simplicité des Ramones et leur contesté fin de siècle en mode « Wanna Be A Good Boy », les psychés de Moby Grape ou d’Arthur Brown, les délurés cosmiques de Magma ou bien les légendes officielles de l'histoire du rock que sont les Stones. Et le temps nous le dira mais le BFWWIII des Jack Meatbeat and The Underground Society semble lui aussi promis à un avenir tout aussi souriant.

Culte donc ? Est culte tout album que la postérité a consacré comme culte. Excusez la tautologie. Mais encore. Bizarre, expérimental ou tout simplement normal. Passé inaperçu lors de sa sortie, adulé par une poignée de fans ultimes ou populaire au sens le plus large possible. Encensé ou conspué par la critique et/ou le public. Consensuel ou polémique. Reste surtout le mythe : la rencontre de l’impossible entre les Ramones et Spector ; l’éclipse totale et injuste des Moby Grape au sein de la scène fournie de Frisco ; l’allumé au propre comme au figuré qu’était Arthur Brown ; le refus du système, la provocation, l’avant-gardisme de Zappa ; la singularité incroyable du style zeuhlien, véritable anomalie française ; le retour en grâce inespéré des piliers du système que sont les Stones ; le quasi-anonymat, le parcours du combattant pour qui souhaite obtenir l’album des Jack Meatbeat and The Underground Society mais pas que etc…




10's
Riverside - Memories In My Head - 2011
Steven Wilson - Grace For Drowning - 2011
InTheCanopy - Live at Mille Club - 2011
Electric Mary - III - 2011
Unexpect - Fables of the Sleepless Empire - 2011
Alice Cooper - Welcome 2 my Nightmare - 2011
Opeth - Heritage - 2011
Limp Bizkit - Gold Cobra - 2011
Dream Theater - A Dramatic Turn of Events - 2011Trivium - In Waves - 2011
La Ruda - Odéon 10-14 - 2011
Idem - Good Side of the Rain - 2011
Ghost - Opus Eponymous - 2011
Medi - You Got Me (Moving) - 2011
Yob - Atma - 2011
The Moorings - Pints & Glory - 2011
The Wounded Kings - The Shadow Over Atlantis - 2010

00's
The Whitest Boy Alive - Rules - 2009
Stupeflip - Stupeflip - 2003
Jack Meatbeat and The Underground Society - Back From World War III - 2001


90's
John Frusciante - Niandra Lades and Usually Just a T-Shirt - 1994

80's
Bob Dylan - Infidels - 1983
The Rolling Stones - Tattoo You - 1981
The Ramones - End Of The Century - 1980


70's
Hubert-Félix Thiéfaine - Autorisation de délirer - 1979
Frank Zappa - In New York - 1977
Frank Zappa - Overnite Sensation - 1973
Babe Ruth - First Base - 1973
Magma - Mekanïk Destruktïw Kommandöh - 1973
Magma - 1001° Centigrades - 1971
Magma - Kobaia - 1970

60's
Arthur Brown - The Crazy World Of Arthur Brown - 1968
Moby Grape - Moby Grape - 1967
Country Joe & the Fish - Electric Music for the Mind and Body - 1967
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dkal
Skartnak addict


Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 11

MessagePosté le: Mar 21 Fév 2012 13:03    Sujet du message: Répondre en citant

Apologie velue. Et si, l’espace d’un instant, nous quittions perfectos, barbes de plusieurs mois, brushings boueux, crucifix et autres banalités de l’imagerie du rock ? Et si, pour quelques minutes, nous nous penchions plutôt sur une discrétion, tantôt touffue, tantôt rugueuse, tantôt jaunie par le tabac, tantôt grisonnante ? Et si nous parlions d’elle, affreuse et solitaire, elle, scandaleusement oubliée par les historiens accessoiristes du rock, elle, la sainte Moustache ? Qu’elle soit considérée esthétique par certains ou vilaine pour d'autres, dame Moustache fait partie intégrante du paysage musical saturé : Captain Beefheart, Monster Magnet, Incubus, Shpongle, Bee Gees, Earth, Pentagram, Zappa, Hubert-Félix Thiéfaine, Freddy Mercury…La barbiche surmontée d’une moustache en croissant, dense et bien taillée, laissant néanmoins paraître une pointe de folie à la manière des surréalistes, c’est le style Zappa. Entre la luxuriance de Moroder et la puissance du légendaire fer à cheval de Lemmy, c’est la signature Justice. Le trait fin, séducteur ; précise et rase comme tracée par un stylo ; dessinant des angles droits et sans digressions ornementales : carré et subtil à la fois ; fin et précis, voilà la marque de fabrique Monster Magnet.
D’une manière totalement fortuite, les passeurs d’histoires et d'Histoire de Destination Rock se sont tous accordés autour de la moustache, qu’elle soit arborée fièrement à travers les âges (Dave Wyndorf, Raja Ram, Bobby Liebling, Zappa), une vulgaire envie passagère probablement influencée par une mode douteuse (Bee Gees, Freddy Mercury) ou une manifestation assez flagrante de second degré acidulé (Incubus et la pochette de l’album S.C.I.E.N.C.E). Et si la capacité au rock n’était dictée que par un tapis de poils ? Rien n’est moins sûr, espérons simplement que cette mise à jour quelque peu gaguesque redonne aux moustaches l’espace qui leur est destiné, entre le nez et la bouche. Doc & Kal





10's
Earth - Angels of Darkness, Demons of Light II - 2012
Björk - Biophilia - 2011
Jumping Jack - Trucks & Bones - 2011
The Answer - Revival - 2011
Monkey 3 - Beyond The Black Sky - 2011
Red Fang - Murder The Mountains - 2011
Premonition13 - Premonition 13 - 2011
Ramesses - Possessed By The Rise Of Magik - 2011
Porn - From The Void To The Infinite - 2011
Machine Head - Unto The Locust - 2011
Kate Bush - 50 Words for Snow - 2011
The Black Keys - El Camino - 2011
Metronomy - The English Riviera - 2011
Fovea Hex - Here Is Where We Used To Sing - 2011
9 Chambers - 9 Chambers - 2011
Necro Deathmort - Music of Bleak Origin - 2011
Crossing The Rubicon - Definitely Deaf - 2011
Graveyard - Hisigen Blues - 2011
Justice - Audio, Video, Disco - 2011
The Moorings - Pints & Glory - 2011
Unexpect - Fables of the Sleepless Empire - 2011
Justice - Audio, Video, Disco - 2011
Lou Reed & Metallica - Lulu - 2011
Redrocks - Redrocks - 2011
Ehécatl - Ehécatl - 2011
Megadeth - Th1rt3en - 2011
Powerwolf - Blood of the Saints - 2011
Mastodon - The Hunter - 2011
Tracer - Spaces In Between - 2011


00's
David Sylvian - Manafon - 2009
Atrium Carceri - Phrenitis - 2009
Gov't Mule - By A Thread - 2009
The Offspring - Splinter - 2003
Godspeed You! Black Emperor - Lift Your Skinny Fists Like Antennas to Heaven - 2000



90's
Shpongle - Are Your Shpongled ? - 1998
Incubus - S.C.I.E.N.C.E. - 1997
Monster Magnet - Superjudge - 1993
Monster Magnet - TAB - 1993
Queen - Innuendo - 1991
Ozric Tentacles - Erpland - 1990
Freudiana - Freudiana - 1990
Happy Mondays - Pills 'n' Thrills And Bellyaches - 1990


80's
Pentagram - Relentless (Pentagram) - 1985
Queen - The Works - 1984
The Gun Club - Fire of Love - 1981
Queen - The Game - 1980
Hubert-Félix Thiéfaine - De l'amour, de l'art ou du cochon - 1980


70's
Queen - Jazz - 1978
Queen - News of the World - 1977
Fleetwood Mac - Rumours - 1977
Tom Petty & The Heartbreakers - Tom Petty & The Heartbreakers - 1976
Queen - A Day at the Races - 1976
Queen - A Night at the Opera - 1975
Queen - Sheer Heart Attack - 1974
Queen - II - 1974
Robin Trower - Bridge Of Sighs - 1974
Frank Zappa - The Grand Wazoo - 1973
Caravan - For Girls Who Grow Plump in the Night - 1973
David Bowie - Ziggy Stardust the Motion Picture - 1973
Captain Beefheart & His Magic Band - The Spotlight Kid - 1972
Frank Zappa - Waka/Jawaka - 1972
Neil Young - Harvest - 1972
Asgard - In The Realm Of Asgard - 1972
Power Of Zeus - The Gospel According To Zeus - 1970

60's
Captain Beefheart & His Magic Band - Trout Mask Replica - 1969
The Free Design - Heaven/Heart - 1969
The Free Design - You Could Be Born Again - 1968
Bee Gees - Horizontal - 1968
The Byrds - Sweetheart of the rodeo - 1968
Iron Butterfly - In-A-Gadda-Da-Vida - 1968
The Free Design - Kites Are Fun - 1967
Bee Gees - Bee Gees 1st - 1967
Cream - Fresh Cream - 1966
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Dkal
Skartnak addict


Inscrit le: 30 Nov 2006
Messages: 11

MessagePosté le: Mer 05 Sep 2012 9:18    Sujet du message: Répondre en citant

Traffic: Soul Kitchen. Après deux années éclatantes au sein du Spencer Davis Group, le jeune Steve Winwood apparaît comme un petit surdoué, voire comme un génie en herbe du rock anglais dont la voix n’est pas sans rappeler celui d’un certain Ray Charles. D’immenses espoirs sont placés en lui lorsqu’à peine majeur, il fonde Traffic et entend bien poursuivre son ascension tout en continuant à remuer le paysage d’un rock anglais en pleine évolution. Sa carrière ne se révèlera hélas pas à la hauteur de ces fantasmes, principalement en raison de l’insuffisance de ses talents de compositeur, ce dont souffrira la musique la musique de Traffic malgré les apports valeureux mais tout aussi insuffisants de Jim Capaldi et Dave Mason à ce niveau. Le rock de Winwood sonne pourtant de manière singulière lorsqu’émerge Traffic en pleine période psychédélique. En incorporant quelques dissonances jazzy sur un groove léger et pittoresque, lui et Capaldi concoctent rapidement quelques perles parmi lesquelles “Paper Sun” et “Heaven Is in Your Mind” qui laissent entrevoir des perspectives très enthousiasmantes. Hélas, une véritable incompatibilité artistique entre Mason et le reste du groupe, ainsi qu’un affranchissement trop rapide de l’emprise psychédélique auront raison de la première mouture du groupe qui s’éteint en 1969.

Galvanisé par son expérience au sein de Blind Faith, Winwood finit par reformer Traffic et semble retrouver ponctuellement son inspiration sur John Barleycorn Must Die, notamment avec le superbe “Freedom Rider” qui restera sa dernière véritable prouesse de compositeur en collaboration avec Capaldi. Le jeune prodige entame alors de véritables négociations avec ses déficiences de mélodiste qui le conduisent progressivement vers un rock de souche parfumé sans grande fantaisie de folk, de jazz, de soul, ainsi que vers des des morceaux à rallonge ponctués de digressions instrumentales et de diversions solistes parfois interminables. La formule séduit rapidement et durablement le public américain mais le prive de gloire sur sa Terre natale d’Angleterre. Après les deux brillants effort que sont John Barleycorn Must Die et The Low Spark of High Heeled Boys, Traffic décline jusqu’à en devenir franchement barbant sur ses derniers efforts de studio, sans parler des enregistrements scéniques publiés durant cette période. Le noyau dur du groupe constitué de Winwood, Capaldi et Wood tentera plusieurs refontes de la section rythmique, jusqu’à convoquer celle, prestigieuse, de Muscle Shoals, logiquement sans que cela ne puisse pallier à l’incapacité de Winwood à retrouver son groove magique et capricieux. Le groupe s’éteint péniblement en 1974 alors qu’il bénéficie toujours d’un succès important chez les américains et se reformera vingt ans plus tard autour de Winwood et Capaldi et d’un album sans intérêt.

Malgré quelques rares pièces d’exception, Traffic semble donc avoir emprunté une sorte de cul-de-sac mélodique, à travers un rock rudimentaire dont l’éclectisme nébuleux le rend inclassable mais aussi stérile si l’on en croit le peu d’artiste qui s’en revendiqueront. Religionnaire.








10's
Ancestors - In Dreams and Time - 2012
Sébastien Tellier - My God Is Blue - 2012
Delusion Squared - II - 2012
Storm Corrosion - Storm Corrosion - 2012
Bersarin Quartett - II - 2012
Daria - Red Red - 2012
BADBADNOTGOOD - BBNG2 - 2012
Unsane - Wreck - 2012
Aqme - Epithete, Dominion, Epitaphe - 2012
Marilyn Manson - Born Villain - 2012
Comus - Out Of the Coma - 2012

00's
Shpongle - Ineffable Mysteries From Shpongleland - 2009
Shpongle - Nothing Lasts... But Nothing Is Lost - 2005
The Mars Volta - Frances The Mute - 2005
Electric Wizard - Let Us Prey - 2002
Shpongle - Tales Of The Inexpressible - 2001

90's
Moby - Play - 1999

80's
The Outskirts Of Infinity - Scenes From The Dreams Of Angels - 1989
Black Sabbath - Headless Cross - 1989
The Outskirts Of Infinity - Lord Of The Dark Skies - 1987

70's
Dead Boys - Young, Loud And Snotty - 1977
Traffic - When the Eagle Flies - 1974
Traffic - On the Road - 1973
Traffic - Shout Out at the Fantasy Factory - 1973
Traffic - The Low Spark of High Heeled Boys - 1971
Traffic - Welcome to the Canteen - 1971

Comus - First Utterance - 1971
Traffic - John Barleycorn Must Die - 1970

60's
Traffic - Last Exit - 1969
Traffic - Traffic - 1968
Traffic - Mr. Fantasy - 1967
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Skartnak.com Index du Forum -> Ton site Internet Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

En 2009, total des visites: 1849882
Visiteurs aujourdhui: 890
Visiteurs actuellement sur le site: 60