Skartnak.com Skartnak.com

Visiteurs aujourdhui: 1120
Visiteurs actuellement sur le site: 32

Skartnak Version

Bleu : Orange :

Commentaires Skartnak

Matchup, The

Posté par: Vincent

Le : 14.02.2020 à 00:19

-Thanks pour la critique. C'est moi qui a fait la photo du cover et du back de l'album.

Within Walls

Posté par: coquerelle

Le : 21.08.2019 à 12:14

-ça ressemble à terror ce truc ou je me trompe

Café Flesh

Posté par: coquerelle

Le : 20.08.2019 à 22:01

-led zepplin n' importe quoi et pourquoi pas acdc tant qu' on y'est

On Broken Wings

Posté par: coquerelle

Le : 12.08.2019 à 16:58

-je trouve que depuis qu; ils sont avec stay sick records eh bien je pense qu...

Nathen Maxwell & The Original Bunny Gang

Posté par: DedicatedHosting

Le : 09.05.2019 à 10:37

-hey, very nice site.thansk for sharing site Dedicatedhosting4u provides reliable an...

Jesse Lebourdais

Posté par: coqflo

Le : 27.12.2018 à 09:43

-album super pour ma part rien à dire

Future Faces

Posté par: Peg

Le : 08.08.2017 à 09:02

-Dispo sur gpsprod.com également :)

Facing The Enemy

Posté par: coquerelle

Le : 31.03.2017 à 05:57

-bon album super groupe pour moi c' est bien

KK Null

Posté par: GTOK GTKO

Le : 27.11.2016 à 15:19

-yo ! KK Null sera en concert à Paris aux Instant Chavirés le mardi 6 décembre e...

Darkrise

Posté par: coquerelle

Le : 06.10.2016 à 06:20

-je veux dire à tous le gens qui sont sur ce site darkrise c' est nul pas assez de so...

Marionette, The

Posté par: coquerelle

Le : 27.05.2016 à 19:40

-parfait pour moi et pour vous quelle votre groupe de death mélodique préféré d...

Face the Front

Posté par: coquerelle

Le : 27.05.2016 à 19:35

-euh rien a dire sur cet album parfait chansons cool parfait

Total : 2324 commentaires

RSS Kroniks
Promethee

Promethee

Nothing Happens. Nobody Comes, Nobody Goes.


Pays : Suisse

Date de sortie : 2012

Note du kronikeur :

Skartnak

Excellent

Note des lecteurs :

SkartnakSkartnakSkartnakSkartnakSkartnak

Total : 42 notes

Style : Hardcore, Metal, Progressive


Pour les Fans de : Architects, The Faceless



Note cet album :

tetetetetetetetetete

Sortie élue album de la semaine par notre rédaction !
Historique des albums de la semaine

Skartnak.com Si l’or se fait courant, il n’est pas commun pour autant de se retrouver face à un trésor. Si l’avancée technologique fait qu’actuellement les groupes musicaux pullulent tels les virus informatiques, sortent à foison des albums et des vinyles, il n’est pas rare d’avoir peur de se retrouver face aux temps de disette en matière de découverte. Je dois avouer, je fais souvent preuve d’un grand pessimisme oubliant que, parfois, dans les recoins les plus sombres se trouve une lueur d’espoir pouvant ranimer mon avidité. Cet espoir serait-il représenté par le quintet genevois de Promethee?

Après un premier EP sorti en 2010, nombreuses sont les personnes qui attendaient avec une grande impatience la sortie d’un premier album. Me voici aujourd’hui face à l’objet de mes désirs, l’objet convoité et escompté. Je pense que toute personne qui détiendra cet album entre les mains ne pourra que s’extasier en premier lieu sur l’artwork réalisé par Tom Bates.
« Nothing happens. Nobody comes, nobody goes. ». Reprise de la citation de Samuel Beckett, célèbre dramaturge irlandais, dans sa pièce « Waiting for Godot », c’est Estragon qui, dans l’acte premier, s’exprima : « Nothing happens, nobody comes, nobody goes, it's awful ! ». Pourtant, l’album est bien loin de cette désignation.

Les hostilités sont lancées avec « The Great Deception ». Le son est travaillé et même si les mélodies s’enchaînent sans se ressembler, il reste toujours un fil conducteur nous rappelant que l’on se trouve dans cette chanson et pas une autre. Solos de guitares et changements de jeux à la batterie, voici un des points forts de ce groupe. La fin de la chanson est marquée par un breakdown où se rajoute un solo de guitare. A ce moment vient des paroles poignantes : « I refuse and I deny, a fate written in stone, older than I, older than time ». Ces paroles seront reprises à plusieurs voix ce qui accentue l’importance de ces dernières. Avec un tel son et de tels mots, on découvre non seulement une grande maturité au niveau musical mais également au niveau des paroles.

S’en suit « Banner Of Lies ». Même recette et pourtant on ne s’en lasse pas. En effet, les riffs sont si variés et inspirés qu’il est difficile de ne pas les apprécier. De plus, plusieurs breakdowns feront leur apparition à des moments très bien choisis. On sent l’envie de Promethee de s’éloigner d’une image metal et de se rapprocher du hardcore. Au niveau des paroles, Joshua Orsi nous invite à ouvrir nos yeux sur la réalité actuelle qu’est notre société et à se questionner. Les paroles de fin de ce morceau deviennent les paroles de la chanson qui suit : « Buried ». « Blood spilled for your fathers. Deflorated once again. To bring to this world the ones who will bury you alive ». Ici, la basse et les guitares sont mises en arrière, laissant place à la batterie et la voix un espace ultime. De ce morceau, qui est telle une fin à « Banner Of Lies » ou une ouverture sur « Of Loss And Disgust », se dégage de multiples émotions. Personnellement, je dois avouer beaucoup aimer ce type d’interlude qui met en avant le fait que ce n’est pas seulement un album plein de chansons mais aussi un album réfléchi où l’enchainement est travaillé et carré.

Dans « Of Loss And Disgust », dès le début, on est on plongé dans une chanson à la fois puissante au niveau de la voix mais également au niveau instrumental. Etant sensible aux paroles selon le genre musical que j’écoute, je ne peux que lancer un éloge quant à ce morceau. Même si depuis le début de cet album on est plongé dans une part plus pessimiste que positive sur ce qui nous entoure, je dois avouer qu’il se cache également une part de vérité dans ce qui est dit. A un peu plus du milieu de la chanson, le son se modifie, se transforme, pour laisser place à un magnifique solo de guitare. Certains peut-être n’apprécieront pas ce type de solo aux riffs aigus. Pourtant, ces personnes devraient changer d’avis. En effet, ce type de son est pour moi la marque de fabrique du groupe. C’est à ces écoutes que l’on sait qu’il s’agit de Promethee et non d’un banal groupe. A la fin de la chanson, on est dans un état d’extase, c’était une merveille. « Life/Less » est également un morceau bien travaillé au niveau des guitares et de la basse. Ici, les solos se suivent, flottant sur une mélodie bien ancrée ce qui donne un côté bien aéré à la chanson. N’oublions également pas le jeu du batteur, qui entre blast-beats, breaks et patterns bien sentis et menés, sait mener son public à la baguette.

S’il y a bien un morceau qui surprend, c’est « Genesis ». En effet, ici pas de death growls profonds de la part du chanteur, mais la récitation d’un passage de la pièce de Samuel Beckett, « Waiting for Godot ». Petite interlude, petit clin d’œil au titre de l’album. Même si à la première écoute de l’album, j’avoue m’être énormément questionnée sur ce morceau, maintenant, je suis plutôt satisfaite de la place qu’il occupe. L’idée est originale et la performance musicale est brillante. « The New Face Of Mankind », suit cet interlude. Si de première apparence ce morceau relève le genre que Promethee s’est construit, il se cache de bien belle surprise à l’intérieur. En effet, après un passage plutôt rapide, un break fait son apparition faisant place à une mélodie bien plus groove. Les petits solos sont également un véritable plaisir à l’écoute et certains sont si rapides que l’on peut se demander si c’est réellement humain de jouer ainsi bien.

Telle « Of Loss And Disgust », « Thus Spoke », est une chanson qui dépasse mes espérances au niveau lyric. Il devient dur à notre époque de trouver des paroles qui ont un sens profond et sur le même morceau, une mélodie qui tient et qui magnifie ce qui est dit. Pourtant c’est le mélange réussi de ces genevois. En effet, ici, l’émotion est à son comble, et on se laisse facilement porter par les changements de mélodie alliés à la voix du groupe. Les ralentissements, la montée en émotion dans la voix est d’une telle maîtrise que j’en perds la mienne. Pourtant, pas beaucoup de temps pour me reposer, « Sickness Unto Death » fait son apparition. Ayant découvert cette chanson avant l’album, je dois avouer qu’elle a énormément pénétré mes oreilles. Malgré toutes ces écoutes, c’est une chanson que je ne me lasse pas d’entendre. Introduction réussie, solos de guitares qui nous plongent dans une ambiance épique, je suis aux anges. Je ne peux que lancer également des louanges pour cette chanson. « I want to live, I want to love, afraid of falling into banality. I want to fight, I want to fuck, yet I find comfort in this all. I'm scared to live, I'm scared to love, afraid of falling into banality. I'm scared to fight, I'm scared to fuck, yet I find comfort in this all. ». Des paroles simples mais efficaces qui ont leur effet. Je pense que tout le monde sera d’accord pour dire que ce qui suit le break de cette chanson est une pure merveille. On se retrouve plongé dans une ambiance black. Cri aigu, tout de suite suivi d’une voix bien gutturale, riffs puissants, une vitesse de frappe à la batterie qui est juste complètement barge. Voilà un passage qui surprend positivement et qui marque.

J’essaie de me calmer après tout cela, mais difficile de sortir d’une émotion quand une plus forte nous est présentée. « Oblivion ». J’aimerais dire qu’il s’agit d’ici d’une perle. En effet, voici un morceau qui se dégage des autres, non pas par un passage mais par son entièreté. Les mélodies côté riffs sont plus douces, le jeu à la batterie est lourd, lent et puissant. On pense souvent qu’il est difficile de transmettre une émotion lorsque la voix est criée. Pourtant elle est bien présente. « As we face the violence of this world, we try to deal with the boredom of everyday life. ». Je ne pourrais que conseiller aux personnes de s’attarder sur ce morceau. La piloérection est une réaction de l'organisme face à certaines situations comme le froid, la peur, et la jouissance. C'est un mécanisme réflexe entrainant la contraction des muscles érecteurs reliant les poils à la peau, ce qui a pour effet de dresser les poils à la surface du corps et de créer ainsi une fine couche d'air isolante. Voilà ce que cela me fait et je pense qu’à ces mots, il n’y a rien d’autre à ajouter.

En conclusion, malgré une attente de deux ans après la sortie de l’EP, je crois que cette dernière valait son pesant d’or. En effet, cet album est une pure merveille qui s’écoute d’une traite et qui bousculent les émotions de par la maîtrise et la technicité des différents membres du groupe. Un groupe à découvrir ou à revoir le samedi 13 octobre au Nouveau Monde, Fribourg, dans le cadre des soirées « Full Metal » pour le vernissage de ce merveilleux album.

Kronik : Vanessa

Promethee

Plus d'infos :

Label : Autoproduction

Site Web : www.promethee.bandcamp.com

Facebook : www.facebook.com/prometheemusic


Kronik ajoutée le : 11/10/2012

Kronik cliquée : 4637 fois


:: Comment soutenir Skartnak.com ? (cliquez ici) ::
Soutenez Skartnak.com en cliquant sur cette annonce de notre partenaire www.cede.ch avant de passer commande pour n’importe quel article sur leur site.

Chaque personne qui aura cliqué sur ce lien et qui aura ensuite fait un achat sur le site de www.cede.ch nous fera créditer d’un petit pourcentage du montant total de sa facture.

Cet argent servira à nous autofinancer et à rembourser les nombreux frais que nous avons pour entretenir ce webzine et les mises à jour quotidiennes qu’il demande (frais d'hébergement, frais pour les envois postaux de cd’s entre nos différents chroniqueurs, frais de promotion, flyers, stickers etc…).

Votre soutien et donc indispensable afin de permettre à ce site de vivre et de durer ! Nous vous remercions donc de venir sur Skartnak.com et de cliquer sur une des bannières cede.ch présentes au bas de chaque kronik publiée sur note site avant d'aller passer une commande sur le site www.cede.ch. Cela ne vous prendra que quelques secondes et n’influencera pas le montant total de votre facture.

Il y a un moyen très simple d’être sûr que la commande est parrainée par Skartnak, il suffit de vérifier au moment de valider vos achats que l'adresse URL affichée sur votre navigateur comporte ce bout de code partner.cfm?pid=1136.

D’avance un grand merci pour votre soutien.
Cede.ch
www.cede.ch


Chroniques du même artiste :

Promethee

Promethee

"S/T"


Date de sortie : "2010"

Note : 5/5

Liste des commentaires :

Gilles GVA

Exelent album qui sur quelque piste comme thus spoke me fais pensser au groupe germanique Maroon.

Posté le : 14.12.2012 à 08:31

Ajout de commentaires :

Nom/Pseudo :

E-mail (Facultatif) :

Commentaire :


Code de confirmation (minuscules) :
Skartnak
Entrez le code de confirmation :



Skartnak.com Everytime I Die

Everytime I Die

The Big Dirty

Real Danger, The

Real Danger, The

Down and out

Diablo Swing Orchestra

Diablo Swing Orchestra

Pandora's Piñata

Votes Skartnak.com

Hateful Monday

Total des votes : 463

One Ok Rock

Total des votes : 375

Kickback

Total des votes : 209

Winds Of Plague

Total des votes : 161

One Last Chance

Total des votes : 152

Slipknot

Total des votes : 137

Eskeype

Total des votes : 119

Meshuggah

Total des votes : 118

Promethee

Total des votes : 97

Origin

Total des votes : 92

A Thousand Years Slavery

Total des votes : 90

All Shall Perish

Total des votes : 87

Todos Destinos

Total des votes : 85

Blasted

Total des votes : 84

A Day To Remember

Total des votes : 80

Mumakil

Total des votes : 80

Requiem For Sirens

Total des votes : 73

Total : 15327 votes sur les kroniks


Comentaires Skartnak.com

Kickback

Total des commentaires : 77

Within Walls

Total des commentaires : 62

Slipknot

Total des commentaires : 57

Requiem For Sirens

Total des commentaires : 37

Morbid Angel

Total des commentaires : 31

A Thousand Years Slavery

Total des commentaires : 22

Winds Of Plague

Total des commentaires : 21

Dot Dot Curve :)

Total des commentaires : 20

NATO

Total des commentaires : 19

A Day To Remember

Total des commentaires : 19

Total : 2324 commentaires