Skartnak.com Skartnak.com

Visiteurs aujourdhui: 5571
Visiteurs actuellement sur le site: 99

Skartnak Version

Bleu : Orange :

RSS Live Reports

Groezrock Festival

(Day 1)

17.04.09 / Meerhout (Belgique)

Flyer

Skartnak.com United Nations :

Pas de Escape The Fate donc, dommage j'aurais quand même bien voulu voir ce que donnait le groupe avec son nouveau chanteur, mais bon il parait que comme beaucoup de choses, “c'était mieux avant”. Entrée en scène du combo américain de United Nations et premières impressions, pas de masque sur scène mais surtout on remarque tout de suite qu'il manque quelqu'un à l'appel, en effet Daryl Palumbo (Glassjaw, Head Automatica et United Nations donc) n'est pas du voyage pour le deuxième (!) concert du groupe (semblerait-il à cause de sa santé fragile) et ce manque se fera ressentir pendant chaque minute du show. Rickly a beau faire tout ce qu'il peut, la médiocrité du son de cette deuxième scène et son manque de puissance dans les passages les plus torturés pèse grandement aux compos du groupe. L'intensité dégagée dans l'excellent premier album (Kronik à lire ici !) du groupe ne sera jamais atteinte et les quelques bons moments disséminés dans le set seront pour la plupart ceux ou les amplis auront le moins à faire, lors des quelques accalmies offertes par les guitaristes notamment. Premier concert et première déception, mais connaissant les protagonistes ont imagine bien que ce n'est que partie remise.

Catch 22 :

Pas le temps de finir le set de United Nations qui de toute façon était loin d'être mémorable et on enchaine directement avec Catch 22, difficile de faire plus violent comme changement d'ambiance ! Le public s'est déplacé en masse pour une des premières dates européennes du groupe depuis un bon moment et tout le monde réagit très positivement aux premières notes des américains. Malheureusement une set-list carrément mollassonne et une non motivation chronique des musiciens entourant le chanteur (qui donnaient juste l'impression de se faire chier comme des rats morts) auront vite raison de ma motivation personnelle. Alors que le groupe possède un nombre de tubes ska-punk dansant qui rendraient jaloux 9/10 des groupes actuels on a droit à une quantité honteusement grande de morceaux reggae-rock faisant retomber l'ambiance de façon presque scandaleuse. Quelques classiques sont tout de même envoyés entre deux élucubrations incompréhensibles du chanteur, autre représentant de “l'amicale américaine des type qui parlent aussi vite que Busta Ryhme” sans penser qu'en Belgique l'anglais n'est pas la langue maternelle de tout le monde, une suite d'événements qui me fera abandonner la main stage avant même la fin du concert, ayant vu Streetlight Manifesto une paire de semaines plus tôt (report) aucun rapprochement possible, inutile de perdre mon temps avec le grand frère tout au plus distrayant alors que le petit frère n'est autre qu'une main de Midas transformant tout ce qu'elle touche en or.

Senses Fail :

Après une demi-heure d'errance propre aux festivals (passage sous la tente du merchandising, véritable centre commercial pour petits punk-rockers, session hydratation et autre étude sur l'effet de l'alcool sur l'être humain, pouvant aller jusqu'à le faire se soulager au beau milieu de la foule pendant un concert, l'air de rien) passage rapide devant la Core Stage ou le chanteur de Senses Fail s'égosille comme il peut, tentative d'accrocher mais y'à pas à faire, je préférais le combo quand ils faisaient de la pop-punk enjouée plutôt que dans l'emocore douteux. N'étant pas resté très longtemps le peu que j'ai vu n'était pas forcément très représentatif mais au Groezrock on n'a pas le temps de s'attarder sur un concert “qui finira peut-être bien”, l'emploi du temps de la soirée est chargé et chaque minute compte. Départ donc vers la main stage ou les quasi vétérans de MxPx s'apprêtent à faire parler la poudre...

MxPx :

... ou pas. La poudre mouillée peut-être (la faute à la météo belge ?), toujours est-il que les californiens ont un mal fou a occuper l'immense espace que leur offre la main stage, et le public a beau vibrer un minimum au son des anciens tubes du groupe (qui seront légions d'ailleurs), on sent bien que ça ne prend pas vraiment. Pas vraiment la faute au groupe qui il faut l'avouer a fait ce qu'il pouvait mais plutôt à une erreur de placement sur ce coup là, MxPx étant plutôt un groupe apte à renverser une petite audience de connaisseurs plutôt qu'à une grande masse de curieux.

Poison The Well :

On repart du côté de la deuxième scène pour avoir un aperçu de la prestation de Poison The Well est c'est de nouveau une bouillie sonore inaudible qui nous accueille les bras ouverts. La fatigue aidant un demi-morceau me suffira. Décidément cette Core Stage aura saccagé plus d'un concert, heureusement pour moi pas ceux que j'attendais le plus.

P.O.Box :

Nouveau passage au marché aux puces du festival et degotage de quelques vieilleries oubliées ou inconnues en ces terres pour une poignée d'euros et départ au trot pour mon premier concert du jour dans la 3ème scène, inaugurée cette année et comportant l'immense avantage de ne pas avoir de barrière. Le show a commencé quelques minutes en avance (grrr !) et c'est déjà le déluge. Non pas à l'extérieur de la tente mais bien à l'intérieur ou les hommes pleuvent littéralement de la scène. Difficile de croire que c'est le même groupe qui jouait quelques semaines plus tôt au Rocking Chair, certes les gars semblaient à l'aise mais malgré un bon show le groupe n'avait pas réussit à allumer l'étincelle dans un public il est vrai pas des plus motivés. Mais là c'est une autre histoire, les Pios (pour les intimes) ont l'air d'avoir fait ça toute leur vie (bon il est vrai que c'est un peu le cas) et auront aligné ni plus ni moins qu'un des meilleurs concerts du festival. Une ambiance de folie, un public au taquet, une groupe aussi chaud que de la lave en fusion et une set-list démente, mélangeant avec bonheur et amour les meilleurs morceaux des nancéens (avec en prime plusieurs aperçus plus que prometteurs de leur prochain album), une alchimie totale complètement inattendue (difficile de croire que c'est le petit groupe français de ska-punk qui aura mis le feu à cette soirée placée sous le signe des grosses pointures emo américaines). Un concert comme il en faudrait plus souvent dans ce genre de festival, énergique et transpirant le plaisir et l'amitié à plein nez, tout le public s'unissant dans un pogo effréné, dans une équipe de récupération des humains volants ou simplement dans quelques applaudissements sincères. “Smile”.

Bring Me The Horizon :

Je reprends mes esprits, efface les traces de pas qui jonchent mes molets (human climbing !) et repart pour la suite de cette overdose musicale. Les jeunes anglais de Bring Me The Horizon jouent sur la Core Stage et pour la première fois de la soirée de son à l'air un peu meilleur. Honnêtement mon déplacement à ce show était en grande partie motivé par les avis que j'avais pu recueillir (report) de leur show à Martigny, qui avaient secrètement fait naitre en mois l'envie d'assister à une prestation pathétique de jeunes alcoolos incontrôlables (shame on me). Déception (sic), le groupe est très carré et envoie du lourd, je m'étonne presque à penser que si ce type de musique me touchait un peu plus j'aurais sûrement passé un bon moment. En tout cas pas grand chose à redire, grosse technique, show énergique et public en liesse, que ce soit en bien ou en mal ces jeunes n'ont pas finis de faire parler d'eux.

Taking Back Sunday :

Pas vraiment motivé mais voulant quand même me faire un réel avis déplacement vers la Main Stage ou Taking Back Sunday à ressemblé la partie du public la plus “love” du festival, pour un concert mou, et d'avis personnel plutôt chiant. Les morceaux FM du groupe sonnent tous identiques à mes oreilles de néophyte et ce n'est pas ce concert qui m'aura donné envie de me plonger dans la discographie du combo.

Amen Ra :

Alors que le Yin joue sur la Main Stage, le Yang (le côté obscur de la force !) tente de son côté de rallier les auditeurs les plus sombres à sa cause. Amen Ra fait dans le lourd et dans le dépressif. Comme à leur habitude les belges ont fourni une grosse prestation, probablement quelque peu entachée par une ambiance pas forcément des plus adaptées. Leur prestation au Ieper (report) était en ce sens bien plus prenante. De toute façon difficile de s'immerger totalement dans le postcore du groupe, Thursday s'apprête à jouer sous la Core Stage et l'excitation (soyons fous) monte à mesure que la réelle tête d'affiche (soyons objectifs) de la soirée se rapproche des amplis.

Thursday :

Présent pour la deuxième année consécutive (report) Thursday aura à nouveau été à la hauteur de sa réputation. Un son enfin de bonne qualité, un chanteur vocalement au top, comme d'habitude, des musiciens irréprochables et même une surprise de taille en la présence de Manuel Carrero, actuel bassiste de Saves The Day mais surtout Glassjaw, dont le jeu hyper groovy aura sublimé ce concert du combo du New-Jersey. Coté set-list encore une fois rien à redire, un mélange quasi-parfait entre les dernières productions du groupe (A City By The Light Divided et Common Existence) et les plus gros tubes des anciens albums (“Understanding In A Car Crash”, “Cross Out The Eyes”, “Signals Over The Air”, “War All The Time”), un concert d'une beauté rare qui aura remis les pendules à l'heure pour tout le monde, l'emo en ce vendredi de Groezrock Festival c'était eux et personne d'autre. La classe.

Bullet For My Valentine :

On se remet gentiment de émotions procurées par le concert de Thursday et direction la Main Stage pour les épiques-emo-metalleux de Bullet For My Valentine. Ca joue super bien, guitare du métalleux et pose de chevalier noir tueur de dragon, le groupe est super à l'aise et le public répond présent, mais ça reste un peu trop cliché pour moi, la journée a été longue et un peu de repos auditif ne sera pas du luxe avant la grosse journée du samedi. Groezrock Day One : Clear.

Camping :

Première soirée dans un camping toujours aussi animé, il fait humide et froid. On s'acquitte de la balade traditionnelle afin de repérer les groupes de personnes les plus déjantées (ou simplement ivres) histoire de se divertir un moment (on aura droit au concours de jump dans les poubelles, une soirée drum'n'bass improvisée autour d'un pauvre soundsystem et aux éternels hippie armés de leur guitare et chantant au coin du feu). Retour à ma tente ou je découvre avec un bonheur non dissimulé que la grosse (très grosse) tente de mes voisins abrite LE groupe de punks allemands du secteur est du camping, ou plus communément appelés “les maîtres du temps”. Pas du temps dans le sens météo malheureusement, celui du nombre d'heures de sommeil qui te sera alloué pour la nuit. En effet le temps de repos disponible aura été géré pendant 3 jours par ces joyeux lurons, qui grâce à leur sono géante digne d'une convention de tuning sur camion auront délimité le début et la fin de la période de repos des festivaliers. 4h du mat la sono s'éteint enfin, je visse vite ma paire de boules Quies spéciale nuit dans mes oreilles, bonnet, gants (quand on vous dit qu'il fait froid c'est pas pour rigoler !) et c'est parti pour un sprint à la récupération qui durera... environ 4 heures.

Live Report : Le_mHu

Ajouté le : 28.05.09

Live Report cliqué : 7987 fois



Live Reports des mĂŞmes artistes :

Groezrock Festival

Groezrock Festival

(Day 2)

Date : 18.04.09

Lieu : - Meerhout (Belgique)

Groezrock Festival

Groezrock Festival

(Prologue)

Date : 16.04.09

Lieu : - Meerhout (Belgique)

Groezrock Festival

Groezrock Festival

Day Two

Date : 10.05.08

Lieu : Open Air - Meerhout (Belgique)

Groezrock Festival

Groezrock Festival

Day One

Date : 09.05.08

Lieu : Open Air - Meerhout (Belgique)

Liste des commentaires :

Le mHu

Bah merci bcp, j ai failli mourir tellement j ai pris de temps à l écrire, 10 pages complètes sous word :D

Posté le : 29.05.2009 à 20:04

stinky

Ouais j'ai lu ça attentivement :P C'était très sympa à lire d'ailleurs

Posté le : 29.05.2009 à 19:27

Le mHu

Totalement objectif pour mes connaissances et mes gouts :D Mais j imagine bien que t aurais pas eu le meme feeling par rapport a ce concert... ;)

Sinon ouais première journée pas extra effectivement, mais bon c est le lendemain qui a justifié le déplacement !

Posté le : 28.05.2009 à 22:27

stinky

T'as quand même l'air super blasé après cette première journée, je te sens presque te demander pourquoi t'as fait le trajet hahah

Ouais Taking Back Sunday c'est assez loin maintenant de ce qu'on avait connu à l'époque je pense. content de les avoir vus il y a trois ans, ça m'évite d'être déçu aujourd'hui. Quoique je doute de ton objectivité :P

Posté le : 28.05.2009 à 18:07

Ajout de commentaires :

Nom/Pseudo :

Notice: Undefined index: nom in /home/clients/27e76abbecf37c2a6ef2baf4e32c8957/skartnak.com/comments/ajout.php on line 12
value=""/>

E-mail (Facultatif) :

Notice: Undefined index: email in /home/clients/27e76abbecf37c2a6ef2baf4e32c8957/skartnak.com/comments/ajout.php on line 20
value="" />

Commentaire :


Code de confirmation (minuscules) :
Skartnak
Entrez le code de confirmation :



Skartnak.com Skartnak.com Scott Sellers

Scott Sellers

Being Strange

Kroniks
Pity Party

Pity Party

"Concrete"


Date de sortie : 2020

Note : 4/5

Guilhem

Guilhem

"Born & Bored"


Date de sortie : 2020

Note : 4/5

Fast Lane

Fast Lane

"Life On A Slackline Strap"


Date de sortie : 2020

Note : 4/5

Matchup, The

Matchup, The

"Straight To The Core"


Date de sortie : 2020

Note : 4/5

Krang

Krang

"Singalong"


Date de sortie : 2018

Note : 4/5

Darkrise

Darkrise

"Circles Of Failure"


Date de sortie : 2019

Note : 4/5

Toutes les kroniks...

Interviews
Among Vultures

Among Vultures

avec Edmond


ajouté le : 27.03.19

Abraham

Abraham

avec Groupe


ajouté le : 08.05.18

Spanish Love Songs

Spanish Love Songs

avec Dylan


ajouté le : 02.04.18

Toutes les interviews...

Commentaires Skartnak.com

Sonisphere Festival

Total des commentaires : 24

Long'I'Rock Festival

Total des commentaires : 18

Lamb Of God

Total des commentaires : 17

Good Charlotte

Total des commentaires : 14

Neurotic Deathfest 2010

Total des commentaires : 14

Hellfest 2008

Total des commentaires : 11

Groezrock Festival

Total des commentaires : 11

Propagandhi

Total des commentaires : 10

Alesana

Total des commentaires : 9

The Flatliners

Total des commentaires : 9

Sonisphere Festival

Total des commentaires : 9

No Use For A Name

Total des commentaires : 8

Maroon

Total des commentaires : 8

The Tour of Nero 2008

Total des commentaires : 8

Gronibard

Total des commentaires : 8

Total : 448 commentaires