Skartnak.com Skartnak.com

Visiteurs aujourdhui: 34
Visiteurs actuellement sur le site: 34

Skartnak Version

Bleu : Orange :

Commentaires Skartnak

Escape The Time 2015

Posté par: vador

Le : 31.08.2015 à 11:51

-Bravo!

Abstract Reason - Splendid Genesis

Posté par: Boubi

Le : 23.01.2015 à 16:26

-Excellent album, qualité de son rien à redire. J'ai pris du plaisir à l'écouter d...

Best Of 2014

Posté par: Nicolas Mi

Le : 06.01.2015 à 23:32

- *que

Best Of 2014

Posté par: Nicolas MI

Le : 06.01.2015 à 23:31

-J'aime beaucoup ce vous aimez, surtout Ludo et Pete.

The Burden Remains - Nouvel album en avant-première !

Posté par: Ricklette

Le : 31.03.2014 à 23:10

-NON TETCHEU!! Cet album est incroyaaaaable!! J'adore vraiment le petit côté "post"!...

The Burden Remains - Nouvel album en avant-première !

Posté par: Nemozor

Le : 31.03.2014 à 16:16

-Yes trop beau! Vivement vendredi!

Blown - Through Demon’s Eyes : Life & Death of an Anti-Hero

Posté par: Nick

Le : 04.11.2013 à 12:40

-joli concept les gars!

Voice of Ruin

Posté par: Voice Of Ruin

Le : 15.10.2012 à 08:54

-NEW SONG "Big Dick" http://youtu.be/b55L27tkbtQ

Promethee

Posté par: Anto

Le : 14.10.2012 à 20:54

-Excellent tout sa , vraiment presse d'entendre le reste les mecs !! Rock On !!

Promethee

Posté par: BUD

Le : 12.10.2012 à 11:07

-Trop beau ce skeud!!!!! bien joué les gars!!! Sinon il manque la date de promethe...

Promethee

Posté par: Ricklette

Le : 11.10.2012 à 19:28

-Bunty et Cap, arrêtez de frimer!! hahaha sinon quelle guerre quoi! impressionnant, l...

Promethee

Posté par: Phil de Bardo

Le : 11.10.2012 à 17:55

-Génial, quelle maturité musicale c'est des bêtes, cela méritait les 2 ans d'atten...

Total : 138 commentaires

RSS Dossiers

Promethee

Toutes les infos sur le nouvel album







Skartnak.com Le premier album de Promethee vous était proposé en écoute dans son intégralité, deux jours avant sa sortie officielle. On vous laisse maintenant avec les deux singles extraits de ce disque.




Pas de flash player!


Veuillez instaler la versionde Flash. ICI afin de pouvoir lire le player correctement






Skartnak.com


LA CHRONIQUE DE L'ALBUM PAR VANESSA : (à voir aussi ICI)

Si l’or se fait courant, il n’est pas commun pour autant de se retrouver face à un trésor. Si l’avancée technologique fait qu’actuellement les groupes musicaux pullulent tels les virus informatiques, sortent à foison des albums et des vinyles, il n’est pas rare d’avoir peur de se retrouver face aux temps de disette en matière de découverte. Je dois avouer, je fais souvent preuve d’un grand pessimisme oubliant que, parfois, dans les recoins les plus sombres se trouve une lueur d’espoir pouvant ranimer mon avidité. Cet espoir serait-il représenté par le quintet genevois de Promethee?

Après un premier EP sorti en 2010, nombreuses sont les personnes qui attendaient avec une grande impatience la sortie d’un premier album. Me voici aujourd’hui face à l’objet de mes désirs, l’objet convoité et escompté. Je pense que toute personne qui détiendra cet album entre les mains ne pourra que s’extasier en premier lieu sur l’artwork réalisé par Tom Bates.
« Nothing happens. Nobody comes, nobody goes. ». Reprise de la citation de Samuel Beckett, célèbre dramaturge irlandais, dans sa pièce « Waiting for Godot », c’est Estragon qui, dans l’acte premier, s’exprima : « Nothing happens, nobody comes, nobody goes, it's awful ! ». Pourtant, l’album est bien loin de cette désignation.

Les hostilités sont lancées avec « The Great Deception ». Le son est travaillé et même si les mélodies s’enchaînent sans se ressembler, il reste toujours un fil conducteur nous rappelant que l’on se trouve dans cette chanson et pas une autre. Solos de guitares et changements de jeux à la batterie, voici un des points forts de ce groupe. La fin de la chanson est marquée par un breakdown où se rajoute un solo de guitare. A ce moment vient des paroles poignantes : « I refuse and I deny, a fate written in stone, older than I, older than time ». Ces paroles seront reprises à plusieurs voix ce qui accentue l’importance de ces dernières. Avec un tel son et de tels mots, on découvre non seulement une grande maturité au niveau musical mais également au niveau des paroles.

S’en suit « Banner Of Lies ». Même recette et pourtant on ne s’en lasse pas. En effet, les riffs sont si variés et inspirés qu’il est difficile de ne pas les apprécier. De plus, plusieurs breakdowns feront leur apparition à des moments très bien choisis. On sent l’envie de Promethee de s’éloigner d’une image metal et de se rapprocher du hardcore. Au niveau des paroles, Joshua Orsi nous invite à ouvrir nos yeux sur la réalité actuelle qu’est notre société et à se questionner. Les paroles de fin de ce morceau deviennent les paroles de la chanson qui suit : « Buried ». « Blood spilled for your fathers. Deflorated once again. To bring to this world the ones who will bury you alive ». Ici, la basse et les guitares sont mises en arrière, laissant place à la batterie et la voix un espace ultime. De ce morceau, qui est telle une fin à « Banner Of Lies » ou une ouverture sur « Of Loss And Disgust », se dégage de multiples émotions. Personnellement, je dois avouer beaucoup aimer ce type d’interlude qui met en avant le fait que ce n’est pas seulement un album plein de chansons mais aussi un album réfléchi où l’enchainement est travaillé et carré.

Dans « Of Loss And Disgust », dès le début, on est on plongé dans une chanson à la fois puissante au niveau de la voix mais également au niveau instrumental. Etant sensible aux paroles selon le genre musical que j’écoute, je ne peux que lancer un éloge quant à ce morceau. Même si depuis le début de cet album on est plongé dans une part plus pessimiste que positive sur ce qui nous entoure, je dois avouer qu’il se cache également une part de vérité dans ce qui est dit. A un peu plus du milieu de la chanson, le son se modifie, se transforme, pour laisser place à un magnifique solo de guitare. Certains peut-être n’apprécieront pas ce type de solo aux riffs aigus. Pourtant, ces personnes devraient changer d’avis. En effet, ce type de son est pour moi la marque de fabrique du groupe. C’est à ces écoutes que l’on sait qu’il s’agit de Promethee et non d’un banal groupe. A la fin de la chanson, on est dans un état d’extase, c’était une merveille. « Life/Less » est également un morceau bien travaillé au niveau des guitares et de la basse. Ici, les solos se suivent, flottant sur une mélodie bien ancrée ce qui donne un côté bien aéré à la chanson. N’oublions également pas le jeu du batteur, qui entre blast-beats, breaks et patterns bien sentis et menés, sait mener son public à la baguette.

S’il y a bien un morceau qui surprend, c’est « Genesis ». En effet, ici pas de death growls profonds de la part du chanteur, mais la récitation d’un passage de la pièce de Samuel Beckett, « Waiting for Godot ». Petite interlude, petit clin d’œil au titre de l’album. Même si à la première écoute de l’album, j’avoue m’être énormément questionnée sur ce morceau, maintenant, je suis plutôt satisfaite de la place qu’il occupe. L’idée est originale et la performance musicale est brillante. « The New Face Of Mankind », suit cet interlude. Si de première apparence ce morceau relève le genre que Promethee s’est construit, il se cache de bien belle surprise à l’intérieur. En effet, après un passage plutôt rapide, un break fait son apparition faisant place à une mélodie bien plus groove. Les petits solos sont également un véritable plaisir à l’écoute et certains sont si rapides que l’on peut se demander si c’est réellement humain de jouer ainsi bien.

Telle « Of Loss And Disgust », « Thus Spoke », est une chanson qui dépasse mes espérances au niveau lyric. Il devient dur à notre époque de trouver des paroles qui ont un sens profond et sur le même morceau, une mélodie qui tient et qui magnifie ce qui est dit. Pourtant c’est le mélange réussi de ces genevois. En effet, ici, l’émotion est à son comble, et on se laisse facilement porter par les changements de mélodie alliés à la voix du groupe. Les ralentissements, la montée en émotion dans la voix est d’une telle maîtrise que j’en perds la mienne. Pourtant, pas beaucoup de temps pour me reposer, « Sickness Unto Death » fait son apparition. Ayant découvert cette chanson avant l’album, je dois avouer qu’elle a énormément pénétré mes oreilles. Malgré toutes ces écoutes, c’est une chanson que je ne me lasse pas d’entendre. Introduction réussie, solos de guitares qui nous plongent dans une ambiance épique, je suis aux anges. Je ne peux que lancer également des louanges pour cette chanson. « I want to live, I want to love, afraid of falling into banality. I want to fight, I want to fuck, yet I find comfort in this all. I'm scared to live, I'm scared to love, afraid of falling into banality. I'm scared to fight, I'm scared to fuck, yet I find comfort in this all. ». Des paroles simples mais efficaces qui ont leur effet. Je pense que tout le monde sera d’accord pour dire que ce qui suit le break de cette chanson est une pure merveille. On se retrouve plongé dans une ambiance black. Cri aigu, tout de suite suivi d’une voix bien gutturale, riffs puissants, une vitesse de frappe à la batterie qui est juste complètement barge. Voilà un passage qui surprend positivement et qui marque.

J’essaie de me calmer après tout cela, mais difficile de sortir d’une émotion quand une plus forte nous est présentée. « Oblivion ». J’aimerais dire qu’il s’agit d’ici d’une perle. En effet, voici un morceau qui se dégage des autres, non pas par un passage mais par son entièreté. Les mélodies côté riffs sont plus douces, le jeu à la batterie est lourd, lent et puissant. On pense souvent qu’il est difficile de transmettre une émotion lorsque la voix est criée. Pourtant elle est bien présente. « As we face the violence of this world, we try to deal with the boredom of everyday life. ». Je ne pourrais que conseiller aux personnes de s’attarder sur ce morceau. La piloérection est une réaction de l'organisme face à certaines situations comme le froid, la peur, et la jouissance. C'est un mécanisme réflexe entrainant la contraction des muscles érecteurs reliant les poils à la peau, ce qui a pour effet de dresser les poils à la surface du corps et de créer ainsi une fine couche d'air isolante. Voilà ce que cela me fait et je pense qu’à ces mots, il n’y a rien d’autre à ajouter.

En conclusion, malgré une attente de deux ans après la sortie de l’EP, je crois que cette dernière valait son pesant d’or. En effet, cet album est une pure merveille qui s’écoute d’une traite et qui bousculent les émotions de par la maîtrise et la technicité des différents membres du groupe. Un groupe à découvrir ou à revoir le samedi 13 octobre au Nouveau Monde, Fribourg, dans le cadre des soirées « Full Metal » pour le vernissage de ce merveilleux album.


INFOS SUR L'ALBUM :

Le disque sort en autoproduction pour la version CD. Le vinyle sortira quant à lui chez Bad Mood Records (Life As War, Hatefull Monday, Falling Down,...) d'ici la fin de l'année. Vous pouvez dors et déjà passer les pré-commandes via la page Bigcartel du groupe.

La tracklist de ce disque est la suivante :
1. The Great Deception
2. Banner Of Lies
3. Buried
4. Of Loss And Disgust
5. Life/Less
6. Genesis
7. The New Face Of Mankind
8. Thus Spoke
9. Sickness Unto Death
10. Oblivion

L'artwork réalisé par Tom Bates, qui a déjà travaillé avec des groupes comme Bury Tomorrows et Bleed From Within.

Skartnak.com


PROCHAINS CONCERTS :

13 octobre 2012 - Nouveau Monde (Fribourg) - Vernissage de l'album
18 octobre 2012 - Contretemps (Genève)
19 octobre 2012 - Sommercasino w/Conjonctive, Trust The Lighthouse (Bâle)
21 octobre 2012 - Shamrock, w/Rise of the North (Bruxelles, Belgique)
26 octobre 2012 - l'Accueil Froid (Amiens, France)
27 octobre 2012 - Sedel (Lucerne)
10 novembre 2012 - Usine (Geneva)
30 novembre 2012 - Warmaudio (Lyon, France)
1er décembre 2012 - Festival Nyoncore (Nyon)
8 décembre 2012 - Caves du Manoir, w/Kess'khtak (Martigny)
21 décembre 2012- The end Festival w/Dagoba, Helmut (Moudon)
11 mai 2012 - Gemeindesaal (Malters)


Site officiel : www.prometheemusic.com
Facebook : www.facebook.com/prometheemusic
Bigcartel : prometheemerch.bigcartel.com

Dossier : Pete

Ajouté le : 11.10.12

Dossier cliqué : 5973 fois

Liste des commentaires :

Anto

Excellent tout sa , vraiment presse d'entendre le reste les mecs !! Rock On !!

Posté le : 14.10.2012 à 20:54

BUD

Trop beau ce skeud!!!!! bien joué les gars!!!

Sinon il manque la date de promethee au festival Nyoncore le 1er décembre à Nyon!!

>> http://festival.nyoncore.com

Posté le : 12.10.2012 à 11:07

Ricklette

Bunty et Cap, arrêtez de frimer!! hahaha sinon quelle guerre quoi! impressionnant, les ambiances sont incroyables! Me réjouis de votre vernissage!

Posté le : 11.10.2012 à 19:28

Phil de Bardo

Génial, quelle maturité musicale c'est des bêtes, cela méritait les 2 ans d'attente, bravo les mecs quel régal. A samedi pour le vernissage J-2

Posté le : 11.10.2012 à 17:55

Bun

Et même que moi je prends des photos de vous tout nu sous la douche!

Posté le : 11.10.2012 à 17:43

Cap

Ben même que moi j'habite avec le chanteur et même que des fois on prend la douche tout nu ensemble.

Posté le : 11.10.2012 à 17:33

le claqueur de bavette

ach les bubiguck une fois de plus quelleques orgasmes auditifs comme on aime!!!en bref j'apprécie

Posté le : 11.10.2012 à 17:17

olivia h

mais quelle guerre les gars !!
wouuuuuuuuh !!

Posté le : 11.10.2012 à 16:48

Laetitia

Dommage que le chanteur soit gay, il est si beau...

Posté le : 11.10.2012 à 16:28

Sandra

Bravo!

Posté le : 11.10.2012 à 15:15

Page : 1 2

Ajout de commentaires :

Nom/Pseudo :

E-mail (Facultatif) :

Commentaire :


Code de confirmation (minuscules) :
Skartnak
Entrez le code de confirmation :



Skartnak.com Skartnak.com Sordide

Sordide

Fuir La Lumière

Kroniks
Setbacks

Setbacks

"Ocean Apart"


Date de sortie : 2017

Note : 4/5

Mighty Bombs

Mighty Bombs

"Not Of This Earth"


Date de sortie : 2017

Note : 4/5

Hierophant

Hierophant

"Mass Grave"


Date de sortie : 2016

Note : 3/5

Facing The Enemy

Facing The Enemy

"EP"


Date de sortie : 2016

Note : 4.5/5

Straightline

Straightline

"Vanishing Values"


Date de sortie : 2017

Note : 4.5/5

One Ok Rock

One Ok Rock

"35xxxv"


Date de sortie : 2015

Note : 4.5/5

Toutes les kroniks...

Interviews
The Bennies

The Bennies

avec Jules, Craig


ajouté le : 19.03.17

Less Than Jake

Less Than Jake

avec Chris DeMakes


ajouté le : 16.11.16

Hollywood Undead

Hollywood Undead

avec Johnny 3 Tears (bassiste, chanteur, rappeur et compositeur)


ajouté le : 20.05.16

Toutes les interviews...

Live Report
Napalm Death

Napalm Death


17.05.17

L'Usine - Genève

Night Demon

Night Demon


03.05.17

Kiff - Aarau

Impetus Festival 2017

Impetus Festival 2017


29.04.17

Les Docks - Lausanne

Touts les live reports...

Commentaires Skartnak.com

Les demoiselles qu'on aime dans les groupes qu'on aime

Total des commentaires : 20

Life As War

Total des commentaires : 20

Promethee

Total des commentaires : 18

Archers And Arrows

Total des commentaires : 17

Pirater les pirates est autorisé

Total des commentaires : 15

Promethee

Total des commentaires : 13

Voice of Ruin

Total des commentaires : 11

Life As War

Total des commentaires : 10

Attack Vertical

Total des commentaires : 5

Best Of 2014

Total des commentaires : 2

The Burden Remains - Nouvel album en avant-première !

Total des commentaires : 2

Abstract Reason - Splendid Genesis

Total des commentaires : 1

Escape The Time 2015

Total des commentaires : 1

La disparition des labels alternatifs

Total des commentaires : 1

Long'i'Rock

Total des commentaires : 1

Total : 138 commentaires



Banner on Skartnak.com