Skartnak.com Skartnak.com

Visiteurs aujourdhui: 717
Visiteurs actuellement sur le site: 39

Skartnak Version

Bleu : Orange :

Commentaires Skartnak

Escape The Time 2015

Posté par: vador

Le : 31.08.2015 à 11:51

-Bravo!

Abstract Reason - Splendid Genesis

Posté par: Boubi

Le : 23.01.2015 à 16:26

-Excellent album, qualité de son rien à redire. J'ai pris du plaisir à l'écouter d...

Best Of 2014

Posté par: Nicolas Mi

Le : 06.01.2015 à 23:32

- *que

Best Of 2014

Posté par: Nicolas MI

Le : 06.01.2015 à 23:31

-J'aime beaucoup ce vous aimez, surtout Ludo et Pete.

The Burden Remains - Nouvel album en avant-première !

Posté par: Ricklette

Le : 31.03.2014 à 23:10

-NON TETCHEU!! Cet album est incroyaaaaable!! J'adore vraiment le petit côté "post"!...

The Burden Remains - Nouvel album en avant-première !

Posté par: Nemozor

Le : 31.03.2014 à 16:16

-Yes trop beau! Vivement vendredi!

Blown - Through Demon’s Eyes : Life & Death of an Anti-Hero

Posté par: Nick

Le : 04.11.2013 à 12:40

-joli concept les gars!

Voice of Ruin

Posté par: Voice Of Ruin

Le : 15.10.2012 à 08:54

-NEW SONG "Big Dick" http://youtu.be/b55L27tkbtQ

Promethee

Posté par: Anto

Le : 14.10.2012 à 20:54

-Excellent tout sa , vraiment presse d'entendre le reste les mecs !! Rock On !!

Promethee

Posté par: BUD

Le : 12.10.2012 à 11:07

-Trop beau ce skeud!!!!! bien joué les gars!!! Sinon il manque la date de promethe...

Promethee

Posté par: Ricklette

Le : 11.10.2012 à 19:28

-Bunty et Cap, arrêtez de frimer!! hahaha sinon quelle guerre quoi! impressionnant, l...

Promethee

Posté par: Phil de Bardo

Le : 11.10.2012 à 17:55

-Génial, quelle maturité musicale c'est des bêtes, cela méritait les 2 ans d'atten...

Total : 138 commentaires

RSS Dossiers

Cortez in Russia - Part III

Suite et fin du périple de Cortez en Russie, et retour à Vuadens. Merci Greg!







Skartnak.com 2.6 Ufa – Samara

On prend la route vers 8h du matin. Le paysage ressemble de plus en plus à l’Italie, un peu comme la Toscane. Il y a des vallons, quelques rivières, des arbustes secs, des chemins de terre poussiérieux, on sent qu’on va vers le sud. Ca me rappelle la traversée des USA de Chicago à Los Angeles, ou on passait d’un paysage d’Europe centrale au désert en trois jours de 10h de voiture. On verra demain si ça se confirme.

Skartnak.com



On arrive à Samara, qui semble être une grande ville, vers 16h et on s’installe directement. L’endroit ressemble à un restaurant sous-terrain avec un bar central au milieu, et des chaise et tables qui l’encerclent. Dans un coin il y a la scène, toute décorée d’un tissus à long poil rose fluo sur le plafond et deux murs. Comme d’habitude, on commence par tester le matériel, et on répare les choses qui ne marchent pas. En l’occurrence les amplis font des bruits bizarres et réagissent à la guitare quand elle est câblée, mais sans que l’ampli soit allumé. La plupart des salles où on joue sont mieux que des bars, mais moins bien que des vraies salles. On a jamais eu d’endroit vraiment merdique et hyper crust pour autant. Mais on sent que les électriciens sont des amateurs, et qu’ils branchent tout le système des amplis, subs, sono et lumière sur les mêmes prises, et il y a toujours des buzz bizarres. Quelques fois on les résout, souvent on les accepte.

Skartnak.com



On fait le sound check et on part se promener. On est au centre-ville, et il y a souvent une rue piétonne centrale où on peut déambuler et profiter du beau temps. On trouve un stand de glace italienne devant un magasin d’habit, dont le patron est justement Italien. Il a l’air tout content de voir des européens. C’est vrai que 95% du temps, on ne croise personne qui parle une langue qu’on pourrait reconnaître, ou même simplement qui ne semble pas russe. On en a croisé a Saint Petersburg et Moscou, mais c’est à peu près tout.

Skartnak.com



On rentre au club 1h avant le concert, car on essaie d’éviter de rester dans le bruit, et surtout, les groupes qui jouent avant nous sont souvent des groupes de niveau locaux, et qui jouent soit mal du death core, soit une sorte de black death pour mosh pit insupportable (pour moi). Autant les éviter que d’avoir envie de les tuer. Je préfère une glace sur une terrasse, au calme.
Finalement surprise, le groupe qui joue avant nous n’est pas si mal. Stylistiquement ça ressemble à un mélange entre Celeste et Neurosis, et c’est assez bien fait, avec même un show light au point.
Notre concert est comme les autres concerts qu’on a fait. Ça se passe super, les gens aiment et nous le montrent, JR est couché par terre, et Chris fait le fout en hurlant sur les gens et en partageant abondamment sa sueur avec eux.

On finit la soirée chez un couple d’amis cinquantenaires de Dima, très gentil et attentionné. On discute avec eux de choses et d’autres et on arrive à se comprendre avec 50 mots d’anglais et quelques onomatopées. Le mari est un vieux fan de rock, et il nous montre son album de photos de groupes qu’on ne connaît pas du tout.
Je me fais un matelas avec quatre sacs de couchages superposés et je m’endors.


3.6 Samara - Saratov

A nouveau la route est longue, et je passe la plupart du temps à dormir ou écouter de la musique. Le paysage est un peu le même que hier.
Dima nous annonce que Saratov est la ville de Karl Marx et de Friedrich Engels. Je connais un peu le premier, mais pas le 2eme. La politique actuelle m’intéresse assez, mais je n’ai jamais lu les livres des penseurs du 20eme siècle. Il faudrait que je prenne le temps de le faire une fois, et si ce n’est pour adhérer aux thèses, au moins pour les connaître.

Le club du soir est spacieux et agréable, et il n’y a qu’un groupe qui joue avant nous. Donc on mange et on reste sur place. Malheur m’en a pris, le groupe de support est horrible de suffisance et d’arrogance. Ça ne joue vraiment pas super, ça n’exprime rien, et le chanteur ne sait qu’essayer d’être cool dans tous les clichés insupportables de la scène. Ils ont réussi à me surmotiver de montrer ce qu’est un vrai groupe qui fait de la musique. Ça peut paraître arrogant, mais le carnaval de clichés du monde du métal finit par m’agacer. Tout ça est aussi stupide que le monde qu’ils disent qu’ils dénoncent, où dont ils prétendent être l’alternative. Ce sont des égoïstes égocentriques qui se font passer pour des musiciens. Je n’ose même pas dire artiste, parce que quand on parle d’art, il y a une intention. Là il n’y en a même pas qui soit consciente.

Skartnak.com



Bref…On envoie la purée et on remet les choses à leurs places. Ils ont pas tout compris, mais ils ont pris conscience du gouffre qui sépare des gens qui sont créatifs dans un style, et d’autres qui ne sont que des marionnettes du trend du moment.
Manu me tient la snare pendant la moité d’un morceau, car le pied se disloque. Quelques coups de marteaux bien sentis, et on repart de plus belle. Puis on fait quelques photos avec des fans, on signe des tickets d’entrées, on vend du merch et on doit marchander un tshirt contre 5 bières au bar. D’un côté c’était cool de tuer tout le monde, et de l’autre c’est toujours moche de se voir refuser des boissons par le même mec qui voudrait qu’on lui offre un tshirt pour le souvenir…

Fin de soirée tranquille dans un appart où on est seuls. On sort boire un dernier verre, et on se couche.


4.6 Saratov – Volgograd

Le décor fait penser au Mexique. Il y a de la poussière partout, il fait très chaud, et ca va être comme ca tout le jour, sur la route qui nous mène à Volgograd.
Dima essaie de trouver des restaurants qui font de la nourriture végétarienne, mais sans succès. On finit par manger une salade tomates-concombres, un plat de patate huileux et une crêpe style cheese cake à l’intérieur avec de la crème pour tremper dedans. En gros un repas de camionneur sans la viande.

Skartnak.com



Andrey nous accueil au club ou on joue ce soir. C’est lui qui a booké la tournée entière. C’est un type très sérieux, et très pro. On n’a eu aucun souci d’organisation sur le tour, si ce n’est deux dates annulées, mais pour lesquelles il a toujours trouvé des logements. Il a super bien communiqué avec notre chauffeur Dima, et on n’avait jamais à se soucier de rien. Il nous emmène manger dans un très bel endroit près de la Volga, l’immense fleuve qui a donné son nom à la ville, après sa destruction quasi totale pendant la 2eme guerre mondiale. Son nom précédent était Stalingrad. Après le repas, il nous emmène voir un parc ou quelques gerbes ont été déposées, en l’honneur des 70 ans de la fin de la guerre, et on s’élève encore un arbre de plus de 100 ans qui ne fut pas détruit par les bombardements. On sent le poids de l’histoire dans cette ville. Les gens sont fiers de la résistance qu’ils ont montré contre les nazis, même si le prix en vie humaine fut colossal. On passe ensuite devant un bâtiment dont il me dit que dans les sous-sols ils ont exécuté le général Paulus, qui était en charge de l’armée allemande qui tentait de prendre la ville.

Retour au club pour le concert. Beaucoup de personnes sont présentes, et l’ambiance est au top. Ça bouge, ça crie, notamment à la fin de El Vetic, où souvent les publics des différentes villes reprenaient les paroles de fin avec JR. Vraiment une belle soirée.

Skartnak.com



On règle les histoires d’argent avec Andrey, pour ce qui concerne le tour, et lui et un pote nous proposent de visiter différents mémoriaux. On accepte et on commence par un endroit où trône une tour massive, qui est un musée des armes utilisées pendant la guerre. Autour il y a aussi des tanks, dont un dont on me dit qui aurait été laissé tel quel sur place, des canons en tout genre, et même une énorme locomotive à vapeur. On fait le tour et on voit un bâtiment rongé par les tirs. Les ouvertures sont plus ovales que carrées tant elles ont été la cible de projectiles en tous genres. Un ami d’Andrey qui nous accompagne nous dit qu’il y aurait eu ici 40 Russes qui se sont défendus contre plus de 1000 Allemands. C’est un bâtiment qui a été gardé tel quel, en souvenir de ce que fut la guerre.

Skartnak.com



On part ensuite vers un autre lieu, encore plus massif et impressionnant, où siège la statue de la Mère Patrie. Ça commence par des marches (200 en tout du départ à la statue, qui représentent les 200 jours de la bataille de Stalingrad), qui nous amène sur une allée remplies de drapeaux rouges, puis vers un bassin vide entourés de statues de soldats. Le bassin passé, on arrive sur une grande place ou est installée une énorme statue d’une maman qui pleure son enfant, à côté d’un bâtiment qui luit de l’intérieur d’une lumière orange. On entre dans la bâtiment, et la une énorme main tient un flambeau dit « de la flamme éternelle ». Les murs sont immenses et y sont notés des milliers de nom de soldats morts. Quelqu’un me dit qu’ici ont été enterrées 35000 personnes. Personne ne parle, c’est très impressionnant d’être dans ce mémorial. Quoiqu’on sache ou qu’on pense de l’histoire et de la propagande de l’est ou de l’ouest, cet endroit force le respect.
On sort de cette sorte de temple, et là se tient devant nous, sur 85m de hauteur, une statue immense, dites « de la Mère Patrie ». Elle est tellement gigantesque et expressive qu’on ne peut en détourner les yeux. Elle nous attire à ses pieds et depuis dessous, c’est encore plus impressionnant.

Skartnak.com



On redescend tranquillement, et au bout de 15min on est à notre point de départ. Andrey nous dit au revoir, et on part vers l’appartement de son pote, où on mange un gâteau d’anniversaire (c’est les 35ans de Dima), et on va se coucher.


5.6 Volgograd – Rostov

Après une énième nuit de 4h, voire moins, de suite, je dors dans le bus presque tout du long. Je me réveille juste pour manger, mais je suis un peu en mode zombie aujourd’hui. Je garde l’énergie que j’ai pour ce soir, le temps du concert, et on verra ce qui se passe après.

On arrive à Rostov vers 16h, et on va directement faire le soundcheck. Belle surprise, nous sommes dans un vrai club, avec un vrai kick qui te prends le ventre, et un tout est nickel. Batterie, retour, scène… rien à redire. Un peu comme à Moscou, mais dans un endroit plus adaptée à la taille du groupe. Le soundcheck est un vrai plaisir. Un peu comme à Ufa il y a quelques jours, il y a un grand parc familial avec plein d’arbre et de verdure juste à côté. J’y vais y prendre l’air, j’ai besoin d’être seul, de me reposer la tête, de manger une glace, et juste me promener. Voir tous ces enfants et ces familles me rappellent que les miens me manquent, mais ca me fait du bien de me plonger un peu dans cette atmosphère toute simple et bon enfant. Je me sens reposé, et prêt à envoyer un set qui chie pour cette avant dernière date.

Le concert du soir est pour moi le meilleur du tour. Le son sur scène est super, et ca permet de se plonger dans la musique sans avoir à penser à faire attention à du matériel déficient, ou à devoir écouter la guitare qui couine dans un retour qui marche à moitié. C’est un plaisir, et le public est hors de lui. C’est la folie ici, de la première seconde à la dernière. En plus, comme on ne s’y attendait pas, l’effet est encore meilleur. Le public est aux anges, et on vend pas mal de merch par rapport à beaucoup d’autres dates. En Russie, et surement aussi parce que souvent le public est jeune, ils aiment prendre des photos avec nous, et on se prête volontiers au jeu. Pourtant je ne crois pas qu’on provoque ça consciemment, c’est juste qu’on donne tout et que les gens nous le rendent bien. C’est quand même agréable de se sentir apprécié, y compris quand on pense que c’est un peu exagéré par rapport à ce qu’on est vraiment.

On finit la soirée chez des petits jeunes, dont un doit avoir des parents fortunés, tant l’appartement dans lequel il vit est spacieux et moderne, par rapport à ce qu’on a vu jusqu’ici. Ca fait un peu fête de collégien, et on boit quelques verres en discutant, sans trop abuser (hein Chris), et se couche tranquillement. Demain la route est courte et on peut se lever tard. Pour une fois, autant apprécier une bonne nuit.


6.6 Rostov – Krasnodar

On est tout au sud de la Russie, pas loin de la Crimée. Les derniers jours, nous sommes passé dans de grands espaces très secs, mais aujourd’hui tout est plus verdoyant. Depuis quelques jours également, la température a baissée, pour redevenir normale pour un début de mois de juin. On est autour de 25°, alors que je pense que certains jours d’avant on devait frôler les 35°.

On arrive au club, et l’accueil est très cool. Une belle femme et un de ses amis nous présentent le club, qui est assez simple. Les conditions techniques sont très minimales, mais il y a beaucoup de charme, et surtout les gens sont d’une gentillesse rare.
Une fille qu’on a rencontré à Moscou, Valentina, a fait le voyage exprès pour nous voir ce soir, et elle est arrivée également. Elle va nous accompagner jusqu’à demain.
On nous conduit à l’hôtel, avant de nous offrir à manger dans un restaurant, où on nous gave de spécialité russes, jusqu’à nous faire exploser le ventre. Excellent.

Skartnak.com



On décide ensuite d’aller directement au club pour se préparer et appréhender un peu les conditions qu’on aura. La scène est très branlante, et au moindre coup de kick, tout tremble. Mon tom bouge de 5cm à chaque fois, et le sol n’a pas le même angle sous la 2eme pédale de grosse caisse (à gauche) que pour la pédale du charleston (juste à côté). Malgré tout, c’est la dernière date il n’est pas question que ca se passe mal. Et les gens sont si cools qu’on pense plus au charme du moment qu’aux désagréments techniques. Maria, une des organisatrices, est en train de faire justement un tshirt Cortez à la main, plein de couleurs, et elle me dit qu’elle est super heureuse de pouvoir nous accueillir. Que demander de plus ? Il y a des attentions comme ça qui sont si touchantes qu’on ne peut que se dire qu’on a de la chance de rencontrer des gens comme ça, et ça donne envie de leur rendre au concert tout ce qu’ils nous offrent.

Skartnak.com



Le concert se passe assez bien, le son de scène ne permet pas d’avoir beaucoup de précision, mais on y met le cœur et on fait le maximum avec les conditions du jour. A nouveau les gens sont ravis, et même s’il manquait un peu de monde, à cause de la finale de la champions league (eh oui, même dans le hardcore, ça regarde le foot), l’ambiance était super.

Ce soir, Dima rentre chez lui après nous avoir conduit à l’hôtel. On a passé deux semaines excellentes avec et surtout grâce à lui. Il nous commandait les repas le midi, là ou on ne comprenait rien aux menus, ils nous a fait rencontrer ses amis, on a partagé plein de vodka avec lui, et plein de petites anecdotes de la vie de tous les jours qui font que ce mec compte énormément pour nous, et on sait qu’il ressent la même chose pour nous. On se serre dans les bras, et c’est sûr que si on revient un jour en Russie, on demandera expressément qu’il soit de nouveau de la partie. Après ce petit moment émotionnel, on rentre se coucher. Demain à 8h30, les organisateurs viennent avec une balance pour qu’on puisse faire les bagages, et nous amènent à l’aéroport. C’est la fin du tour.


7.6 Krasnodar – Suisse

8h30, personne n’est là. 10h, idem. On n’arrive pas à joindre les organisateurs et on décide de se débrouiller sans eux. On se rappelle plus ou moins comment les valises étaient faites au départ, mais durant le tour, on a récupéré du merchandising, et on aura donc un bagage supplémentaire, en plus d’un bagage en surpoids. Sans balance ça n’est pas très évident. L’hôtel appelle un taxi et on paye nous même la nuit, car on nous le demande. On apprendra ensuite que la personne qui devait nous amener a trop bu hier soir, et ne s’est pas levée ce matin…merci.

Skartnak.com



On arrive à l’aéroport, et on entre dans le terminal après un contrôle de sécurité. On discute un moment, et quand il faut, comme toujours, vérifier s’il y a du wifi, je me rends compte que j’ai oublié mon téléphone dans le taxi… Bravo Grégoire… Un moment de panique, et on essaie d’appeler l'hôtel pour avoir le contact du conducteur du taxi. Heureusement que Valentina nous accompagne, car aucune des personnes qu’on doit contacter ne parle anglais. On finit par retrouver la trace du chauffeur, et une heure plus tard je récupère mon téléphone, et le type ne veut même pas qu’on lui paie la course. Ouf. J’ai oublié de dire qu’après le concert de Saratov, on était allé boire un verre et que j’avais oublié mon porte monnaie sur la table. 5min plus tard, en pleine rue, le serveur était venu me le rapporter. En dehors du milieu de la musique qui était de toute façon très cool avec nous, ça fait quand même trois personnes différentes qui ont été hyper arrangeantes avec moi (réparateur d’ordinateur, serveur qui rapporte le porte-monnaie, chauffeur qui me ramène mon téléphone) alors qu’elles n’avaient pas l’obligation de l’être. J’aurais pu rentrer sans ordi, sans papiers, et sans téléphone. Au lieu de ça j’ai tout. J’envoie un message à ma femme, pour être sûr de ne pas être cocu. Elle me dit que non, ça me rassure…

Skartnak.com



Voilà, c’est parti pour Vienne, et ensuite pour Genève. Le tour est fini, et on a passé un moment incroyable en Russie. On s’en rappellera toute notre vie, c’est certain, et j’espère qu’on aura l’occasion d’y retourner. J’ai l’impression d’avoir mis ma vie normale sur off pendant 20 jours, et là je commence à faire l’inventaire des choses urgentes à préparer dès demain… la vie continue…

Dossier : Loulou

Ajouté le : 11.06.15

Dossier cliqué : 1000 fois

Ajout de commentaires :

Nom/Pseudo :

E-mail (Facultatif) :

Commentaire :


Code de confirmation (minuscules) :
Skartnak
Entrez le code de confirmation :



Skartnak.com Skartnak.com Future Faces

Future Faces

Revolt

Kroniks
Las Furias

Las Furias

"Senorita Rock'N Roll"


Date de sortie : 2016

Note : 4/5

Go Spleen

Go Spleen

"Slow Moves"


Date de sortie : 2017

Note : 4/5

88 Fingers Louie

88 Fingers Louie

"Thank You For Being A Friend"


Date de sortie : 2017

Note : 5/5

Mudbath

Mudbath

"Brine Pool"


Date de sortie : 2017

Note : 3.5/5

Crash Ton Rock

Crash Ton Rock

"Volte-Face"


Date de sortie : 2017

Note : 4.5/5

Setbacks

Setbacks

"Ocean Apart"


Date de sortie : 2017

Note : 4/5

Toutes les kroniks...

Interviews
The Bennies

The Bennies

avec Jules, Craig


ajouté le : 19.03.17

Less Than Jake

Less Than Jake

avec Chris DeMakes


ajouté le : 16.11.16

Hollywood Undead

Hollywood Undead

avec Johnny 3 Tears (bassiste, chanteur, rappeur et compositeur)


ajouté le : 20.05.16

Toutes les interviews...

Live Report
Summer Rituals 2017

Summer Rituals 2017


20.06.17

Caves Du Manoir - Martigny

Summer Break (Down) Festival VI

Summer Break (Down) Festival VI


18.06.17

L'Usine - Genève

Napalm Death

Napalm Death


17.05.17

L'Usine - Genève

Touts les live reports...

Commentaires Skartnak.com

Les demoiselles qu'on aime dans les groupes qu'on aime

Total des commentaires : 20

Life As War

Total des commentaires : 20

Promethee

Total des commentaires : 18

Archers And Arrows

Total des commentaires : 17

Pirater les pirates est autorisé

Total des commentaires : 15

Promethee

Total des commentaires : 13

Voice of Ruin

Total des commentaires : 11

Life As War

Total des commentaires : 10

Attack Vertical

Total des commentaires : 5

The Burden Remains - Nouvel album en avant-première !

Total des commentaires : 2

Best Of 2014

Total des commentaires : 2

La disparition des labels alternatifs

Total des commentaires : 1

Long'i'Rock

Total des commentaires : 1

Blown - Through Demon’s Eyes : Life & Death of an Anti-Hero

Total des commentaires : 1

Abstract Reason - Splendid Genesis

Total des commentaires : 1

Total : 138 commentaires



Banner on Skartnak.com