Skartnak.com Skartnak.com

Visiteurs aujourdhui: 727
Visiteurs actuellement sur le site: 37

Skartnak Version

Bleu : Orange :

RSS Interviews

Darius

Avant d'aller les voir au Bikini Test avec les ritals de Appaloosa, apprenez-en plus sur ces nouveaux protégés d'Hummus qui se sont ouverts à la scène romande avec un premier album en or.

Darius

rose De nombreux groupes commencent par un EP, démarrer direct avec un premier album, ça ne vous a pas effrayé?
Alan : en fait il y a eu un EP, enregistré à Ebull, mais il n'est jamais sorti.
Sylvain : on l'a juste mis sur Bandcamp. Il y a quatre-cinq ans, on pensait enregistrer un quatre titres. Mais le temps que tout soit prêt, on aimait plus trop les morceaux qu'on a enregistrés, et on en a gardé qu'un sur quatre, qui est sur l'album - il s'agit d'Apache Assault. On avait assez de matos pour faire un album, alors on s'est lancé direct.

Comment avez-vous travaillé sur cet album?
Alan : on n'a pas visé de cohérence dès le départ. On a bossé les titres individuellement, certains sont restés tels quels, mais d'autres ont été ré-arrangés et donc ont peut-être pris une ligne plus cohérente avec le reste, comme Okkotemasu par exemple. Mais sur Grain, il y en a des très vieux, et des très récents, composés quelques mois à peine avant l'enregistrement.

Vous avez travaillé pour ce premier album avec Christoph Noth, une figure incontournable de la scène fribourgeoise.
Sylvain : ouais, on a commencé à travailler pour l'album en été 2013. On cherchait des gens avec qui on aurait aimé travailler, en regardant ceux qui avaient fait les albums qui nous plaisaient. Du coup il y avait Serge Morattel, qui s'était occupé des albums Rorcal ; Julien Fehlmann, de la Chaux-de-Fonds ; on avait aussi parlé de Pascal Hirz. Finalement, on s'est dit qu'on voulait l'enregistrer en live au Bikini Test, et on savait que Christoph connaîssait bien la salle. On l'a contacté assez à l'avance parce qu'il est beaucoup demandé.
Alan : on a dû attendre un peu pour le mix parce qu'il avait plein de trucs à faire, mais c'est normal, il fait du super travail. Je referais ça sans hésiter.
Sylvain : on était assez stress, mais finalement ça s'est plié facilement. On est arrivés prêts, et on a tournés peut-être cinq fois les morceaux en live et c'était dans la boîte.

Pourquoi avoir pris la décision d'enregistrer cet album en live?
Sylvain : on ne s'imaginait pas jouer séparément.
Alan : je l'avais déjà fait pour mon premier groupe, mais jouer instrument par instrument c'est spécial. Ça peut coller hyper bien pour certains trucs, mais c'est vrai que Darius c'est difficile de le voir autrement qu'en live. Ça dégagerait pas du tout le même truc.

Racontez un peu la genèse de Darius
Sylvain : on n'a jamais posté d'annonce "Cherche musicien pour ..." Les prémices du groupe c'était il y a neuf ans, le batteur Sam avec Yannick, un des trois guitaristes, s'étaient réunis pour jouer. Puis Dan, le bassiste, les a rejoints. À ce moment-là ils s'appelaient pour rigoler The Darius Rochebin. Ils avaient pas de concert, ils jouaient pour le plaisir dans leur local. Puis moi je suis arrivé, il y a sept ans. Notre premier live c'était un tribute à Radiohead à Ebull. Et là on s'est renommé plus sérieusement Darius. En 2012, je me suis cassé un moment à l'étranger, et c'est pendant ce temps-là qu'ils ont pris Alan, qui aimait bien ce qu'on faisait.
Alan : mais on a jamais répété pendant son absence (rires) en revanche ils s'étaient dits "Ptet trois guitares ça peut être sympa."

Vous avez toujours été un groupe instrumental?
Sylvain : oui, on a toujours eu cette intention. Pourquoi pas de temps en temps des voix comme sur le dernier titre de l'album pour apporter une nappe, mais ne souhaitons pas utiliser la voix comme une voix, plutôt comme un instrument plutôt, qui apporte quelque chose quand il le faut.

La question emmerdante, vous évoluez dans quoi comme style, à vos yeux?
Sylvain : on sait pas trop en fait
Alan : ça a été le gros débat (rires)
Sylvain : on n'a pas envie de s'enfermer dans un style. On a dû un nom, et on a donné un truc. Hummus disait récemment de nous que nous jouions du post-quelque-chose. C'est pas mal, parce que parfois on est dans le post-rock, parfois dans le post-hardcore, parfois dans le post-stoner. Mais là le dernier morceau, qui ne figure pas sur l'album, en tribute à Henri Dès, est un peu dub. On a des influences, on écoute tous beaucoup de musique de tous les genres, ça va autant de Dub Trio, à Queens of the Stone Age, en passant par Cult of Luna ou Converge.

Mais vous écoutez quand même du post-metal?
Alan : ouais, pas énormément forcément, mais ouais. Russian Circles j'adore. Pelican aussi, mais en live c'est nul (rires)
Sylvain : c'est vrai que le post-metal c'est pas ce que j'écoute le plus. Mais c'est pas mal parce qu'il y a pas ce truc où tu te dis "T'es trop influencé par..." C'est bien d'écouter des genres différents, de faire sa musique, et quand ça fait penser à un truc bah, c'est là par hasard.

Comment avez-vous atterri chez Hummus?
Alan : ça s'est fait pendant qu'on enregistrait. On les a rencontrés au Bikini Test, il y avait Jona qui faisait son anniversaire, et on a été invités à fêter. On a vachement sympathisé.
Sylvain : Christoph les connaissait bien, on est pas arrivés comme de parfaits inconnus.
Alan : mais c'est là qu'on les a rencontrés, c'était une super soirée. Un peu éméchée, très sympa.
Sylvain : très éméchée, un peu sympa (rires)
Alan : depuis qu'on avait entendu parler d'eux on s'était dits que si label il devait y avoir, ce serait eux. Ils ont une ligne qui nous colle assez. Les gens sont vraiment super cools, et leur mentalité est super cool. De toute façon on autoproduisait l'album et on faisait tout nous-mêmes. Par contre, si on était dans ce catalogue, ça nous ferait plaisir. Juste histoire de faire partie de cette famille.

Haha, vous avez des anecdotes sur cette fameuse soirée?
Sylvain : il y en a, mais vu que les protagonistes sont pas là...

Sans les nommer alors.
Sylvain : on va juste dire qu'il y a eu de la flûte irlandaise, il y a eu un peu d'aspirateur
Alan : il y a eu les flips, il y a eu fucksy lady.
Sylvain : il y a eu un verre de vodka qui a été présenté comme un verre d'eau.
Alan : qui a été bu cul-sec. Il y a eu une bouteille de vin explosée contre le mur pour nous monter qu'on pouvait débouchonner une bouteille avec une chaussure. Et plein de trucs débiles comme ça.

Pourquoi avoir sorti votre album uniquement sur vinyle?
Sylvain : c'est assez simple. Les cds sont de moins en moins achetés. Beaucoup de gens achètent des fichiers digitaux, ou des vinyles pour avoir un bel objet à la maison. Et c'est justement ce que Hummus fait beaucoup. On trouve que c'est parfait : si tu veux un bel objet, tu achètes le vinyle, sinon, tu achètes tes fichiers. Ils ont une philosophie qui est assez cool. Tout le catalogue digital chez eux est gratuit, mais si tu veux donner de l'argent tu donnes de l'argent. Genre payer une chanson 200 francs. Pas à nous, mais Jona nous avait dit. Un type avait donné 200 balles pour soutenir le label.

Et d'où vient la pochette
Alan : même s'il y a trois graphistes dans le groupe, ça a été fait par des élèves de l'Eikon. Daniel est prof là-bas. Il a lancé cette idée "Et si les élèves faisaient notre part graphique?" Il y avait le merch, la pochette, le logo, le site web à faire. On s'est dit, ça serait cool, comme ça les trois qui voulaient pas le faire le font pas (rires) En plus ça nous aurait donné du choix. On a eu une chiée de propositions, une vingtaine.
Sylvain : on ne devait pas payer mais on a choisi de le faire quand même parce que ça reste un job.
Alan : et puis on a eu droit à la présentation par les élèves pendant une journée.
Sylvain : on sait que c'est un peu casser le marché pour les graphistes. C'est un peu chiant des fois parce que les gens profitent de ça, quand tu demandes à une école ils ont une force de frappe énorme : il y a vingt gars qui font des propositions. ça coûte moins cher que de demander à une entreprise. Mais faut dire qu'on a pas beaucoup d'argent et on ne fait pas ça pour la thune, donc c'est compréhensible. Et en plus, pour les étudiants, c'est intéressant de travailler pour un groupe. Dan et Yannick on été dans une classe, parler avec les étudiants. Ils ont un contact réaliste, tout le monde était gagnant, c'était le but, pas simplement économiser de la thune.

Et Grain d'où vient le nom?
Alan : il marchait bien parce qu'il avait plusieurs connotations qui collaient à ce qu'on faisait. Grain dans l'image, dans le son. Le grain le phénomène météorologique.
Sylvain : en fait, un grain c'est un phénomène où les vents changent de direction, ça crée un grain, et c'est juste avant une tempête. Il y a Unsane qui ont une chanson "Against The Grain" qui vient aussi de là.

Hasard du calendrier : votre album est sorti une semaine avant celui d'Olten. Pure coïncidence? Est-ce ça vous embête d'être associés à cet autre combo instrumental également signé chez Hummus?
Alan : elle est bien cette association. On adore Olten. Par contre niveau calendrier c'était un hasard. Parce qu'il y avait une place-là.
Sylvain : il faut savoir que c'est pas nous qui avons décidé de le sortir à ce moment-là. En allant chez Hummus, c'était en fonction de leur calendrier. On voulait le sortir fin 2014. Bon, de toute façon on aurait pas pu, mais bon. Ils avaient un million de sorties, et nous ont dit "On aura une brèche ce sera là." On a dit ok, et par hasard c'était une semaine avant Olten.
Alan : on aimerait beaucoup jouer avec eux une fois.
Sylvain : on aurait dû partager l'affiche avec eux au Nouveau Monde une fois, malheureusement ils ont dû annuler au dernier moment. Sinon ça aurait été super. Ya sûrement une fois où ça va se faire. Après musicalement ça va bien ensemble, mais c'est très différent.

Vous êtes plutôt chien ou plutôt chat?
Dan : plutôt chat.
Alan : plutôt Dan.
Sylvain : moi plutôt chien.
Alan : mais plutôt chat quand même.

Interview : Loulou

Plus d'infos :

Label : Hummus Records

MySpace : www.facebook.com/dariusband

Site Web : www.dariusband.com

Site du label: www.hummus-records.com


Interview cliquée : 3910 fois



Chroniques du même artiste :

Darius

Darius

"Grain"


Date de sortie : 2015

Note: 4/5

Interviews aléatoires :

Powernap

Powernap

Ceremony

Ceremony

Stroszek

Stroszek

Hollywood Undead

Hollywood Undead

Ajout de commentaires :

Nom/Pseudo :

E-mail (Facultatif) :

Commentaire :


Code de confirmation (minuscules) :
Skartnak
Entrez le code de confirmation :



Skartnak.com Skartnak.com Lastkaj 14

Lastkaj 14

Becksvart

Kroniks
Crash Ton Rock

Crash Ton Rock

"Volte-Face"


Date de sortie : 2017

Note : 4.5/5

Setbacks

Setbacks

"Ocean Apart"


Date de sortie : 2017

Note : 4/5

Mighty Bombs

Mighty Bombs

"Not Of This Earth"


Date de sortie : 2017

Note : 4/5

Hierophant

Hierophant

"Mass Grave"


Date de sortie : 2016

Note : 3/5

Facing The Enemy

Facing The Enemy

"EP"


Date de sortie : 2016

Note : 4.5/5

Straightline

Straightline

"Vanishing Values"


Date de sortie : 2017

Note : 4.5/5

Toutes les kroniks...

Live Report
Summer Break (Down) Festival VI

Summer Break (Down) Festival VI


18.06.17

L'Usine - Genève

Napalm Death

Napalm Death


17.05.17

L'Usine - Genève

Night Demon

Night Demon


03.05.17

Kiff - Aarau

Touts les live reports...

Commentaires Skartnak.com

Kickback

Total des commentaires : 18

Against Me!

Total des commentaires : 11

One Last Chance

Total des commentaires : 9

Borderline

Total des commentaires : 9

Polar Bear Club

Total des commentaires : 9

Hateful Monday

Total des commentaires : 8

Behemoth

Total des commentaires : 7

Real Deal

Total des commentaires : 7

Rise and Fall

Total des commentaires : 7

Requiem For Sirens

Total des commentaires : 7

Napalm Death

Total des commentaires : 7

Killswitch Engage

Total des commentaires : 6

Unearth

Total des commentaires : 6

Black Dahlia Murder, The

Total des commentaires : 6

Throne Of Katarsis

Total des commentaires : 6

Total : 230 commentaires



Banner on Skartnak.com