Skartnak.com Skartnak.com

Visiteurs aujourdhui: 190
Visiteurs actuellement sur le site: 24

Skartnak Version

Bleu : Orange :

RSS Interviews

Staind

Interview réalisée le 26.04.2009 avec Aaron Lewis, le chanteur-guitariste du groupe Staind

Staind

rose Je parlais avec un ami récemment et il fut étonné que le groupe existe encore. Avez-vous pris un peu de recul ces dernières années?
Non pas du tout, ce que je pense qu’il s’est passé c’est que nous étions sur Elektra Records pour nos premiers cds et lorsque Elektra a fait faillite et a du fusionner avec Atlantic Records, tout c’est mal passé pour nous ici. On a essayé de revenir, de jouer quelques shows ici en Europe, mais apparemment tout le monde nous avait oublié. Mais ça a changé maintenant et nous avons retrouvé la confiance de Warner Music Group, et nous apprécions cette nouvelle situation.

Staind est actuellement en tournée avec Nickelback. Ça peut surprendre certaine personne qui vous voit encore comme un groupe lié à la scène néo-métal type Linkin Park et Limp Bizkit.
Ça devait être la perception des gens, vu que nous sommes arrivés durant la période Néo-métal, mais nous n’avons jamais porté en nous cette appellation, nous avons toujours été un groupe de Rock. C’est le mélange entre les groupes avec qui nous tournions à l’époque de “Break The Cycle” et certains morceaux qui ont été utilisés sur des compilations regroupant les groupes à la mode qui a créé cet effet. Tu sais les gens ont également toujours cette image de moi comme un misérable connard qui ne fait que se plaindre à longueur d’album. C’est pourtant loin de la réalité, les médias aiment créer des images dramatiques ou tragiques. Pourtant je suis un mec tout à fait normal. Ils ont dès lors continué avec cette image de moi, parce que c’est plus intéressant de parler de moi comme ça que comme un mec normal, si j’étais normal ça serait nul pour eux. Il y a beaucoup d’incompréhension de notre part face à l’idée reçue que tu évoques. Même si tu écoutes nos vieux albums on est beaucoup plus proches de Nickelback que de Limp Bizkit, ça me semble clair. Le fait est que nous avons été en relation, le milieu du Rock c’est plusieurs familles, nous sommes un peu l’enfant adopté. Korn avait déniché Limp Bizkit et Limp Bizkit nous a trouvé nous. Korn c’est nos grands-parents et Limp Bizkiz nos parents d’une certaine manière. Mais nous avons pris une autre voie qu’eux, même dans les premiers albums.

Skartnak.com

Franchement vous devez avoir un bon sens de l’humour. Il faut osé appelé votre 6ème album “Illusion of Progress”. Un certain sens de l’auto-dérision non?
C’est ironique c’est clair. Mais en même temps tu peux appliquer ça à beaucoup de chose de ce monde et dans la vie. En fait “The Illusion of Progress” c’est tout ce que tu peux voir. Le titre de l’album pose en fait la question: Progressons-nous réellement? A mon avis nous régressons bien plus que nous progressons. En fait la question à ce poser est: Sommes-nous en train de progresser en tant que société ou est-ce juste une illusion? Bon pour en revenir au groupe il faut se remettre dans le contexte de l’écriture de l’album. On était posé en train d’essayer d’écrire des chansons, on discutait plus qu’autre chose en fait et le producteur venait de temps à autre voir où on en était. Un jour il nous a trouvé dehors et il m’a dit qu’en nous voyant bosser, il avait vraiment l’impression d’assister à une “Illusion of Progress”. Je l’ai regardé et lui ai dit “Ça sera le nom de l’album”. Cette histoire est tout ce qu’il y a de plus normale en fait, bien loin de toutes les élucubrations du début de ma réponse (rires) mais l’application que tu peux faire de ce titre est réellement universelle.

Je peux imaginer assez facilement les critique face à cet album: “Illusion of Progress - c’est exactement ce que nous pensons de cet album”.
T’imagines même pas combien de fois j’ai lu et entendu cette connerie. Et tu veux que je te dises ce que je pense des mecs qui ont écris ça? Ils n’ont même pas écouter l’album avant d’écrire leur chronique, parce que je sais quelle fut notre progression pour arriver à cet album, à quel point nous avons grandi depuis le dernier album et les précédants depuis “Dysfunction”. Je propose que tous ces mecs mettent les albums les uns après les autres et qu’au fond d’eux-mêmes après les avoir écoutés me disent encore une fois que nous n’avons rien changé dans notre musique. En me prenant moi comme exemple, si t’écoutes nos premiers albums j’étais en colère, soûlé de tout ce qui se passait autour de moi et n’avais aucune confiance en moi. Aujourd'hui c’est tout le contraire, à l’époque j’étais un mec de 26 ans qui était en fait encore un adolescent. Tout ce qu’il s’est passé depuis, entre les différents albums et tournées que nous avons réalisé et devenir mari et père ça m’a redonné confiance en moi.

En regardant en arrière, est-ce que tu te dis parfois: “Mince, j’étais trop négatif comme mec”?
Pas du tout. Tu sais ça me venait comme ça, une pensée me passait par la tête et je plaçais ma guitare sur les paroles. Mais j’étais pas devant ma feuille de papier avec ma gratte en me disant “Comme je vais pouvoir exprimer ma colère et mes ressentiments cette fois-ci?” (rires) En fait écrire pour moi c’est comme le Rap freestyle en quelque sorte ça vient comme ça vient dans ma tête.

Pourquoi es-tu de ceux qui pensent que cet album est le plus musical de tous?
Simplement parce qu’on ne s’est pas basé sur des distorsions tout au long de l’album et dans les voix criées furieuses. Il y a de la belle musique emplies de bonnes mélodies sur cet album. Pour ma part je me suis focalisé sur les clés mineures qui sont bien plus agréables à l’oreille que les les majeures qui sonnent trop Country pour moi, c’est difficile à expliquer, c’est une préférence. Passer des mineures vers les majeures pour le refrain ça reflète une certaine explosion sensationnelle pour nous.

Cette album montre clairement votre préférence pour le “gros son”, non?

Si tu écoutes ça d’une autre oreille nous préférons quand c’est assez simple. Quand je jouais en solo je faisais des morceaux tellement complexes. Nous avons essayé de faire des choses plus simples et plus accessibles. Pour moi dans ce cas de figure, mieux vaut peu que trop.

Mais si on prend la chanson “The Corner” par exemple. Vous l’avez enregistrée avec un choeur de Gospel, tu trouves pas ça “gros”?
Tu sais, j’écoutais ce choeur, et je me disais que faire quelque chose avec eux serait simplement essayer quelque chose de différent et le résultat est juste incroyable. Après les avoir entendu, je me disais que si je faisais pas quelque chose avec eux je le regretterais.

Et tu places un solo dans “Raining Again”...
Tu sais un album c’est le moment durant lequel tu prends ton temps. Tu peux prendre 10 choses plutôt simples en faire un résultat plutôt complexe. Quand tu es au studio en train d’écrire c’est le moment où tu devrais normalement être créatif. Tu sais quand je vais voir certain groupe sur scène je me dis que tout ne viens pas d’eux qu’ils ont piqué à d’autres. De mon point de vue ce qui ne vient pas de toi c’est en trop, donc tout ce que tu ajoutes à ta propre force créatrice ne venant pas de toi ne vaut rien, c’est tricher en quelque sorte. Pour ma part quand je sors du studio je peux te dire que je serais toujours fier de ce que j’ai fais.

Skartnak.com

Penses-tu que tu aurais été capable d’écrire une chanson comme “Tangled Up In You” il y a 10 ou 15 ans?
Il y a 10 ou 15 ans je ne ressentais pas les même chose, donc je n’aurais pas écrit et composé la même chose une décennie plus tôt, non.

Beavis & Butthead vous aurait détruit cette chanson en disant “That’s For Sissies” (réplique culte de la série de MTV) tu penses pas?
(imitant les deux compères) “aha il était tellement furieux avant, maintenant c’est plus qu’une pédale aha il faudrait qu’il recommence à faire de la musique pour les mecs aha” ouais ils diraient certainement quelque chose comme ça. J’ai évolué et maintenant j’ai d’autres sentiments et je vois pas pourquoi je devrais exprimer des choses que je ressens pas.

L’artwork de la couverture du dernier album est pas mal. Une belle photo en tout cas. Où l’as tu trouvée?
J’adore cette photo, réellement. Quand on s’est tous retrouvés en face des pochettes possibles, j’ai de suite flashé dessus. Elle collait à tout ce qui fait cette album, elle était juste parfaite.

Au début de cette interview tu me parlais de ta situation avec vos anciens contrats. Que penses-tu du futur de l’industrie du disque en général?
Je n’arrive pas à me projeter dans le futur, je ne suis pas un des ces prétendus spéculateurs qui tirent constamment la sonnette d’alarme. On doit trouver nous même, en tant que musiciens une façon de gagner de l’argent. On est pas tous dans le même cas. Tu n’es peut-être pas depuis assez longtemps dans le business, mais nous depuis le temps on voit que des artistes n’arrivent pas à joindre les deux bouts alors que d’autres, moins talentueux sont devenus salement riche (disgustingly rich dans le texte) et ce n’est pas nous. Je dois travailler, je peux pas m’arrêter demain et vivre tranquillement jusqu’à la fin de mes jours. J’ai beau avoir vendu 12, 13, 14 ou même 15 millions de disques je dois travailler. C’est entièrement corrompu. En fait nous, artistes, sommes en quelque sorte des servants consentants, et ce qui est dégueulasse à mon avis c’est que ceux qui gagnent le plus dans le milieu de la musique ne sont pas ceux dont la vie dépend de sortir un disque ou pas.

Il faut dire que dans le dernier album tu cries plus tellement. C’est le fait de vieillir, genre “Je le sens plus comme ça”?
Je dois te dire que tu as certainement raison dans un premier plan, mais aussi je trouve, et ça je l’ai découvert au fil des années, je chante mieux que je crie. C’est un fait. J’ai 36 ans et je pense que je suis moins en colère maintenant, en tout cas je ressens moins le besoin de le crier.

Quand tu te retrouves sur une grande scène tu te sens pas dans l’obligation d’être entraînant tout de même?
Non, c’est pas moi, je suis pas un entertainer, je suis pas le mec qui va se poster devant et sautiller dans tous les coins. Etre sur scène pour moi est quelque chose d’intéressant, j’aime pas avoir tout le monde fixé sur moi parce que je sautille partout, je préfère avoir l’attention fixée sur la musique qu’on fait et sur l’entier du groupe, pas seulement sur moi même. Je suis pas le seul sur scène juste parce que je chante, on est 4 dans le groupes et les quatre sont égaux, il n’y en a pas un qui mérite plus d’attention que l’autre.

En fait tu aurais mieux fait de devenir bassiste si je comprends bien?
(rire) Ouais mais je suis chanteur et joueur de guitare, donc dans l’imagerie des fans “le leader”. Mais je le ressens pas comme ça. Oui c’est moi qu’on entend, et moi qu’on voit sur scène en premier. Mais ça serait à cause de ça que je devrais arrêter de chanter et de jouer de la guitare? non je ne crois pas. Maintenant je joue de la guitare sur tous les morceaux sauf un, donc je peux rester sur place et pas être obligé de parcourir la scène de gauche à droite sans raisons. C’est un rôle qui me plaît plus.

Interview : Stinky

Plus d'infos :

Label : Roadrunner Records

MySpace : www.myspace.com/staind

Site Web : www.staind.com

Site du label: www.roadrunnerrecords.com


Interview cliquée : 6152 fois



Chroniques du même artiste :

Staind

Staind

"Illusion of Progress"


Date de sortie : 2008

Note: 2.5/5

Interviews aléatoires :

Skumdum

Skumdum

Grand Bastard Deluxe

Grand Bastard Deluxe

Yokonoe

Yokonoe

Unearth

Unearth

Liste des commentaires :

Dany

Super intéressant !

Posté le : 27.04.2009 à 06:07

ludo-core

Il est super cool ton interwiew Stinky! Le passage ou il cause du nombre d'album vendu fait tout simplement froid dans le dos.....

Posté le : 26.04.2009 à 21:10

Ajout de commentaires :

Nom/Pseudo :

E-mail (Facultatif) :

Commentaire :


Code de confirmation (minuscules) :
Skartnak
Entrez le code de confirmation :



Skartnak.com Skartnak.com Abraham

Abraham

Look, Here Comes The Dark!

Kroniks
PFK, The

PFK, The

"Yeah"


Date de sortie : 2018

Note : 3/5

Circles

Circles

"Demo 2017"


Date de sortie : 2017

Note : 3.5/5

Woodwolf

Woodwolf

"Golden Road"


Date de sortie : 2018

Note : 3.5/5

Lame Shot

Lame Shot

"Try Again"


Date de sortie : 2018

Note : 4/5

Harker

Harker

"No Discordance"


Date de sortie : 2018

Note : 4/5

Jesse Lebourdais

Jesse Lebourdais

"Grief Intensity Friendship"


Date de sortie : 2017

Note : 4/5

Toutes les kroniks...

Live Report
Body Count

Body Count


22.06.18

Les Docks - Lausanne

The Damned

The Damned


19.05.18

Les Docks - Lausanne

Abraham

Abraham


10.05.18

Le Romandie - Lausanne

Touts les live reports...

Commentaires Skartnak.com

Kickback

Total des commentaires : 18

Against Me!

Total des commentaires : 11

Borderline

Total des commentaires : 9

Polar Bear Club

Total des commentaires : 9

One Last Chance

Total des commentaires : 9

Hateful Monday

Total des commentaires : 8

Requiem For Sirens

Total des commentaires : 7

Napalm Death

Total des commentaires : 7

Behemoth

Total des commentaires : 7

Real Deal

Total des commentaires : 7

Rise and Fall

Total des commentaires : 7

Throne Of Katarsis

Total des commentaires : 6

Killswitch Engage

Total des commentaires : 6

Unearth

Total des commentaires : 6

Black Dahlia Murder, The

Total des commentaires : 6

Total : 231 commentaires



Banner on Skartnak.com