Skartnak.com Skartnak.com

Visiteurs aujourdhui: 235
Visiteurs actuellement sur le site: 54

Skartnak Version

Bleu : Orange :

RSS Interviews

Misery Index

Read this interview in ENGLISH FR

Avis aux amateurs de death metal, de punk et de grindcore, Misery Index est fait pour vous ! Sillonnant les routes du monde entier depuis bientôt dix ans, le groupe du Maryland n'est maintenant plus très loin de son millième concert. Ce soir, c'est à Lucerne que le groupe fait halte en compagnie d'un tour package 100% death metal. J'ai eu le plaisir de passer un moment dans le tour bus en compagnie de Jason Netherton, le chanteur et bassiste du groupe, pour parler de musique, de religion, de politique, de son amour de la nature et de la fin de l'humanité ! Photos : Concert à Lucerne et blog de Jason [www.demockery.org]

Misery Index

rose LES DEBUTS

Commençons par le tout début. Quand tu as commencé à écouter du metal, dans les années 80, qu'est-ce qui t'as attiré dans ce genre? Pas seulement en tant que style musical, mais aussi comme culture alternative.
Hé bien j'imagine qu'au lycée tout le monde cherche son identité et se questionne sur son avenir. Un jour, je suis tombé un peu par hasard sur quelques albums dans un magasin de disques, des trucs du genre Iron Maiden, et c'est comme ça que je suis entré dans le metal. J'ai commencé à traîner avec les metalleux à l'école, je découvrais d'autres groupes et j'ai adopté cette sorte de position anti-establishment. Tu pouvais aller soit avec les punks, soit avec les metalleux. J'imagine que je me sentais plus à ma place avec les metalleux, je sais pas... Je préférais cette musique.

Tu aimes aussi les paroles centrées autour des problèmes sociaux du punk et du grindcore.
Ça c'est venu plus tard. Quand j'étais au lycée je n'étais pas trop conscient de tout ça. Mais après, quand j'ai été à l'université, je suis devenu plus intéressé par les problèmes sociaux, les classes sociales et ce genre de trucs.

Quelles études as-tu fait?
Relations internationales. Et ça m'a ouvert les yeux sur beaucoup de choses dans le monde, sur la façon dont le pouvoir fonctionne et s'oriente de différentes façons dans les pays, les classes, etc. Donc ça a eu un impact sur moi, et c'est à ce moment-là que j'ai commencé à rechercher dans le metal des paroles plus concernées par ces sujets, et pas seulement des paroles de fantasy ou sur des meurtres, ce genre de trucs.

Et c'est à ce moment que tu as été attiré par la scène grindcore?
Ouais. A ce moment j'étais déjà dans Dying Fetus. On a commencé ce groupe en 1991, et à la fin des années 90 on a commencé à orienter les paroles davantage autour de la réalité et de la politique. A ce moment j'ai quitté le groupe pour finir l'université et j'ai commencé le projet Misery Index. Je voulais faire ce groupe plus ouvertement politique que Dying Fetus. Et c'est à ce moment que j'ai commencé à écouter plus de punk et de grind.

Ok, je croyais que t'avais quitté Dying Fetus parce que tu voulais changer de style de musique.
Non, ça n'avait rien à voir avec la musique. Misery Index n'était même pas censé devenir ce que c'est devenu. Les premières années, c'était juste censé être un projet studio, mais après avoir fini l'université on a reçu des offres de labels, donc j'ai décidé de me lancer et de voir comment ça irait.

Quand tu t'es rendu compte que tu avais de nouveau du temps pour jouer de la musique, tu ne voulais pas retourner dans Dying Fetus?
Non, ils étaient déjà passé à autre chose, ils avaient trouvé d'autres membres. C'était déjà du solide, et moi je voulais faire quelque chose qui n'était pas dans ce genre de brutal death metal. Bien que j'aimais ça, en partie, et que je voulais en utiliser, je voulais mettre plus de punk dans la musique.

Vous avez tourné avec Dying Fetus cette année, c'était la première fois depuis 2003.
Correct.

Donc j'imagine que tu es resté en bons termes avec John Gallagher [vocals/guitare], bien que tu aies quitté le groupe?
Ouais, on est amis depuis qu'on est gosses, depuis le lycée, donc on se voit toujours souvent, dès qu'on a l'occasion.

Est-ce que tu apprécies toujours leur musique?
Ouais. En fait, surtout le dernier album. Je n'ai pas trop aimé celui d'avant, War Of Attrition. Il était un peu trop... mécanique, trop clinique. Mais leur dernier album, Descend Intro Depravity, contient vraiment de bons passages. Je suis autant fan que John des bons riffs bien catchy, et je trouve qu'il a vraiment su créer pas mal de passages accrocheurs sur cet album.

Skartnak.com

LE GROUPE

A propos de Sparky [ancien guitariste de Misery Index], il ne jouait pas sur votre premier EP Overthrow. Qu'est-ce qu'il faisait à ce moment, est-ce qu'il jouait toujours dans Dying Fetus?
Exact, il a encore joué dans Dying Fetus pendant six mois après mon départ, et après il n'avait plus de groupe. Quand on a commencé à faire des concerts, on l'a pris comme deuxième guitariste, et il est resté avec nous jusqu'à cette année.

Au sujet de son départ... Tu as dis dans d'autres interviews que c'était pour des raisons personnelles. Je voulais juste savoir s'il allait revenir dans le groupe?
Il a quitté le groupe en avril, il n'était plus content de faire ça. Il tournait beaucoup, il devenait vieux et il avait de plus en plus de problèmes avec ses mains et son dos, des douleurs à cause des tournées. Ça l'a pas mal affecté, et avant une tournée au printemps il nous a dit qu'il voulait quitter le groupe et passer plus de temps à la maison, tu vois. Donc on l'a remplacé par un autre de nos amis, Darrin Morris. Il est pratiquement dans le groupe, on n'a pas encore fait d'annonce officielle, mais une fois qu'on aura terminé la tournée cette année on lui demandera s'il est vraiment à 100% avec nous.

Peux-tu nous en dire un peu plus à son sujet?
Il était dans un side-project, Criminal Element, qui existe depuis quelques années [avec Adam Jarvis et Mark Kloeppel de Misery Index]. Il était dans ce groupe comme guitariste, et c'était vers lui qu'on s'est naturellement tournés, parce qu'il vit dans notre région et que c'est un musicien phénoménal.

Les deux autres membres, Mark et Adam, sont dans le groupe depuis un bon moment maintenant. On dirait que vous avez enfin trouvé un line-up solide [cinq autres gars ont joué dans le groupe depuis 2001].
Ouais, ils sont vraiment devenus le noyau dur de Misery Index, et ce sont eux qui mènent la barque quand on compose et tout ça. Adam est arrivé en 2004 et Mark en 2005, donc c'est un line-up bien solide avec ces deux gars et moi-même.

Et on dirait que Mark s'investit de plus en plus dans la composition et l'écriture des paroles.
Ouais. Tu sais j'ai écrit toutes les paroles pour Dying Fetus et Misery Index depuis le début, jusqu'à il y a quelques années en arrière. Donc je me suis dis que ce serait bien d'avoir un autre gars qui écrit les paroles pour varier un peu les choses, plutôt que d'avoir toujours ma vision des choses, mon style. Il a aussi étudié, il a un titre universitaire en anglais, donc il est familier avec l'écriture et il est doué pour ça.

Quand tu as recruté ces deux gars, est-ce que tu avais certaines exigences par rapport à leurs goûts musicaux? Par exemple, est-ce que c'était important pour toi qu'ils aiment aussi le grindcore?
Hum, non. Au début, quand Adam a rejoint le groupe, c'était plus du genre "est-ce qu'il peut jouer les chansons assez bien pour partir en tournée?". On cherchait surtout un batteur de tournée à ce moment-là, et il est venu et il a tout déchiré. Et il est devenu encore meilleur depuis qu'il a rejoint le groupe. Pareil pour Mark. On l'a pris principalement parce qu'on avait besoin d'un autre gars, quelqu'un qui pouvait bien jouer avant tout. Mais quand est venu le temps de composer, je leur ai fait écouter des styles de grindcore et de punk plus underground qu'ils n'avaient jamais entendu auparavant, et depuis là ils ont appris à aimer certains de ces groupes, et ils ont adapté leur style de composition pour s'accorder avec le style de Misery Index, et je pense que ça a surtout porté ses fruits sur les deux derniers albums. Ça a pris quelques années pour qu'on s'ajuste les uns aux autres. Discordia était vraiment un album où on s'ajustait, on ne savait pas encore bien comment travailler ensemble à ce moment-là, on s'est un peu lancés dedans, on l'a écrit et on l'a enregistré rapidement. Quand je regarde en arrière, je me dis que on aurait aimé avoir eu plus de temps pour le faire, mais c'était un apprentissage nécessaire.

Est-ce que Adam compose aussi des riffs ou bien est-ce qu'il ne compose que la batterie?
Il compose principalement ses parties de batterie. Des fois on écrit des riffs autour des ses parties, donc dans ce sens il participe aussi aux riffs.

Est-ce que tu donnes aussi ton avis par rapport aux parties de batterie qu'il compose?
On est tous ouvert à la critique, et s'il y a une partie à laquelle il tient beaucoup, on va essayer de trouver un juste milieu et de faire des compromis pour que tout le monde soit content.

Skartnak.com

LA DISCOGRAPHIE

Heirs To Thievery est sorti il y a quelques mois maintenant. Avec le recul, qu'est-ce que tu en penses? Quand il est sorti tu avais l'air d'en être très content, est-ce que tu l'apprécies toujours autant maintenant que tu as pris de la distance?
Je l'adore vraiment, on trouve que c'est notre meilleur album. Il correspond vraiment à ce qu'on voulait en faire. Tu espères toujours avoir juste un peu plus de temps pour soigner les détails et rendre l'enregistrement le plus correct possible. Mais de façon générale on en est très content, même si on peut le disséquer précisément et dire "ça c'est trop fort", "ça c'est pas assez fort", "ça c'est trop aigu ou trop grave", mais de façon générale on trouve que c'est un bon album.

Il y beaucoup de gens qui gueulent sur cet album [Mough from A Warm Gun, Richard Johnson from Drugs of Faith/Agoraphobic Nosebleed, Erik Rutan from Hate Eternal, John Gallagher from Dying Fetus, Vince Matthews from Criminal Element], comment ça se fait?
C'est juste pour le fun. J'imagine que c'est une sorte de tradition dans notre scène. Quand on invite nos amis à faire des guest vocals sur notre album ça ajoute un petit peu de varieté. On avait une bonne poignée d'amis qui habitent dans le coin qu'on a pu inviter, et celui qui n'était pas du coin c'était Erik Rutan [producteur et vocals/guitariste dans Hate Eternal] en Floride. Il a son propre studio donc on a pu lui faire faire des vocals relativement facilement. C'était simplement un moyen d'ajouter un peu de piquant et de faire participer nos amis.

Au fil des ans, vous avez sorti beaucoup de EPs et de splits, avec Commit Suicide, Structure Of Lies, Bathtub Shitter et Mumakil.
Ouais, une bonne poignée.

Pourquoi autant de splits et comment choisissez-vous les groupes avec qui vous les faites?
On le fait juste pour le fun, principalement. On en a pas fait depuis quelques années, je pense qu'on en refera un en début d'année prochaine. C'est quelque chose qui se fait un peu tout seul, entre les albums. On va en studio, on écrit spontanément quelques chansons et on les sort pour le plaisir, sur le label d'un ami. Par exemple le dernier qu'on a fait était avec Mumakil [grindcore de Genève]. On a joué un concert avec eux en Angleterre, et ils nous on mit sur le cul. On avait trois chansons et on voulait juste faire un split alors on les a contacté.

Comment vous choisissez quelles chansons vous allez utiliser pour un EP et lesquelles vous allez mettre de côté pour un album?
Hum, on a pas de grand plan concernant ce qui sera sur un album ou pas. On improvise au passage.

Skartnak.com

LES PAROLES

Dans tes paroles, tu parles beaucoup de politique et d'économie. J'ai lu quelque part que tu étais un grand fan de Neil Peart [le batteur de Rush, il écrit aussi la plupart de leurs paroles]. Il parle notamment des classes sociales [par exemple l'aliénation des classes moyennes dans les banlieues américaines]. Est-ce que ça été une influence pour toi, est-ce que tu écris sur ces sujets en partie grâce à lui?
Hum, non. J'aime surtout son style d'écriture. Tout cet angle politique est venu à la fin des 90s quand j'étais à l'université et que j'ai commencé à apprendre de plus en plus de choses. Je voulais écrire au sujet de choses qui ont vraiment un sens, de sorte que quand on crie ses chansons en tournée, nuit après nuit, on crie au sujet de trucs qui nous interpellent vraiment. Bien que j'apprécie ce que Neil fait, ce n'était pas une influence directe. C'était davantage la vie de tous les jours, ce genre de trucs.

Tu as une position radicale contre toutes les sortes de religions organisées. Mais sur ton blog [www.demockery.org], tu cites un manifeste agnostique écrit par Ron Rosenbaum. Est-ce que tu te considères comme un athée ou comme un agnostique?
Un agnostique. Je ne pense pas que tu puisses être certain à 100% qu'il n'existe rien de plus. On ne sait que ce que l'on sait. Il y a cent ans, on croyait que l'on savait tout, mais il y avait encore tellement de choses à découvrir, et c'est un processus qui continue sans cesse. Et dire qu'il n'y a rien de plus, pour moi c'est comme ne pas avoir de foi en la science et ses possibilités de découvrir encore davantage, comme l'origine du monde. Je ne crois pas forcément que ça implique qu'on découvrira l'existence d'une entité supra-intelligente derrière tout ça. Mais en même temps, je trouve que la position des athées est bien trop rigide, et que c'est une finalité de dire "il n'y a rien, c'est comme ça, il n'y a rien après, rien avant", mais ils n'ont aucun moyen de le prouver non plus.

Ok. Sinon, d'où tires-tu ton inspiration, à part des journaux?
Je pense que j'ai seulement une vision du monde très compatissante, et je crois que tout le monde devrait avoir le droit de vivre en paix à travers le respect de soi, et dans ce sens je pense que les droits humains sont essentiels, l'environnement, tout cela y est lié. Donc quand je réfléchis à des paroles, c'est toujours quelque chose dans quoi je peux piocher. Par exemple, sur le nouvel album, The Carrion Call a une approche environnementale, tandis que d'autres chansons, comme Fed To The Wolves critique la façon dont notre système éducationnel détruit et empêche toute autre façon plus créative ou alternative d'apprendre et de se servir de son imagination. En faveur de quelque chose de plus méthodique, de plus mécanique... hum...

Un point de vue trop partiale?
Ouais, c'est une approche trop standardisée de l'éducation. Je sais que c'était une nécessité à un moment, mais je pense qu'il y d'autres façons d'apprendre dans lesquelles on peut puiser. Mais ouais, c'est sur ce genre de problèmes relatifs à la condition humaine qu'on peut écrire.

Donc tu n'as pas aimé l'école, mais tu as aimé l'université?
Ouais! Disons... j'ai aimé l'école mais je ressentais que c'était trop limité, dans le sens où les profs et tout ça nous orientaient seulement vers des chiffres, et tout le monde devait apprendre la même chose de la même façon, comme une chaîne de montage. A la fin j'ai pensé que ça ne m'inspirait pas, que ça ne m'intéressait pas, et bien que je lisais de mon côté, je pense qu'il y a d'autres moyens... Peut-être que je n'avais simplement pas de bons profs. J'ai eu quelques bons profs à l'université, ils savaient vraiment comment puiser dans le potentiel de chacun, plutôt que de mettre de côté les élèves qui ne montraient pas d'intérêt à apprendre d'une certaine façon précise.

Est-ce que tu aimes lire des livres, regarder des films, et prendre des idées de ce genre de trucs? Par exemple dans The Carrion Call, il n'y a plus d'humains sur la planète, et ça m'a fait penser à certains films de science-fiction, comme 12 Monkeys ou The Road.
Ouais j'imagine que ce n'est pas une vision très positive de l'humanité, dans le sens que ça la décrit comme étant un problème pour la planète, et que si l'humanité disparaissait, la Terre deviendrait un endroit plus viable, plus durable, comme en homéostasie [lorsqu'un système est en équilibre] avec elle-même. Mais quand j'y repense, je ne pense pas avoir une vision misanthropique de tout ça. Je pense que les humains sont une partie importante de l'écologie, mais que l'on doit reconfigurer notre relation avec elle, pour nous-même et pour la planète. Mais la vision de The Carrion Call colle bien avec le death metal (il rit), c'est une vision viscérale qui utilise un langage très spécifique pour décrire le retour de la Terre dans l'état qu'elle était avant les hommes.

Skartnak.com

LES TOURNEES

Vous headlinez des fois des festivals, comme l'Obscene Extreme ou le Mountains Of Death...
Ouais, des fois (il rit).

Vous avez aussi joué dans des plus grands festivals, comme le Hellfest en France. Je me demandais si vous receviez un traitement spécial quand vous headlinez, plus d'attention de la part des gars en backstage ou autre.
Pas vraiment. Dans ces festivals, tout le monde traîne ensemble en backstage, y'a pas de traitement spécial. Je pense qu'il pourrait y avoir un traitement spécial pour Mötley Crüe ou Slayer. Mais à ce niveau, c'est plutôt modéré, plus terre-à-terre, tout le monde est pote avec tout le monde et y'a pas de séparation comme ça. Spécialement dans les festivals du genre Obscene Extreme, qui est plus punk, ou le Mountains Of Death qui est assez petit, c'est plus comme une réunion de famille parfois.

Vous avez l'air de vouloir vraiment jouer dans ce genre de festivals. Par exemple quand vous avez joué à l'Obscene Extreme vous n'avez même pas été payés.
Ouais il nous a juste payé les billets d'avion. Le promoteur nous demandait de jouer depuis des années mais il y avait toujours un problème de timing, et ce festival n'est pas quelque chose de très lucratif pour lui.

Donc vous êtes allés là-bas pour traîner avec les potes?
Ouais, et on adore la République Tchèque, on traîne, on voit des excellents concerts...

Est-ce que tu as un peu visité le coin là-bas?
Ouais, j'ai été faire une marche en forêt près de la ville, elle s'appelle Trutnov je crois? C'est cool.

Ça me conduit à ma prochaine question. Tu as l'air d'être un grand fan des randonnées et tu aimes les oiseaux en particulier, c'est juste?
Ouais.

Je me demandais si c'était un moyen pour toi de t'éloigner de toute cette "metal madness"?
Exactement. En particulier quand t'es en tournée, y'a quelque chose d'agréable à sortir et marcher dans les bois, avec des amis ou tout seul. Et le truc avec les oiseaux me donne une raison de plus de le faire, ça y ajoute plus d'intérêt. Quand je sors et que je fais ça pendant quelques heures avant de revenir, ça me fait toujours me sentir mieux à propos du fait d'être en tournée, et ça t'évite de juste être assis dans la salle pendant toute la journée en train de poireauter. Donc chaque fois qu'on a l'occasion de sortir et de faire ce genre de trucs on en profite.

Tu veux dire que les autres membres du groupe t'accompagnent?
Je les ai initié. En particulier Mark et Adam, ils ressentent aussi l'intérêt de sortir du van ou du bus quand on en l'occasion, pour aller visiter ou marcher dans les alentours. C'est quelque chose d'essentiel pour garder un bon état d'esprit quand tu joues tous les soirs pendant des mois.

Skartnak.com

JASON

Tu as fait des guest vocals sur pas mal d'albums, par exemple Trilateral Progression de Neuraxis, Sworn Vengeance de Severe Torture, Xenosapien de Cephalic Carnage, et encore d'autres...
Y'a une liste de tout ça quelque part ?

Non, je l'ai faite moi-même (il regarde ma feuille).
Je n'arrive même pas à me souvenir de tous les albums sur lesquels j'ai chanté (il rit).

Il y aussi Decomposing Salvation de Eternal Ruin.
Ouais! J'avais oublié tout ces trucs.

Scared Stiff de Blood Freak.
Ho ouais ça c'est récent! Ouais...

J'imagine que c'est comme tu m'as dis avant, c'est simplement des amis à toi qui t'ont proposé de participer?
Ouais, par exemple des fois c'est simplement quand on est en tournée, pendant la journée on sort et on enregistre les vocals dans un studio dans le coin, et après on revient.

Est-ce que ce sont des groupes que tu apprécies?
Ouais! Je pense que ce sont tous des excellents groupes.

Tu as écrit quelques articles pour le webzine Number Of The Blog. Comment ça se fait, et est-ce que tu vas écrire pour eux de nouveau à l'avenir?
Seulement si j'ai le temps. C'est une question de disponibilité, étant donné que cette tournée à commencée en mai. C'est eux qui m'avaient demandé de le faire. Quelques gars du blog avaient vraiment apprécié Heirs To Theivery et ils voulaient en faire leur album de la semaine. En parallèle à ça, ils ont fait une interview avec moi et j'ai écris quelques articles sur d'autres sujets.

Est-ce que c'est toi qui a choisi les sujets ? [“North America Versus Europe – Who Wears The Metal Crown?” et “So Just HOW Good Were The ‘Good Old Days?’, A.K.A. What The Fuck Happened To The Death Metal Scene?!”]
Ouais, je me suis assis et j'ai écrit sur les premiers trucs qui me passaient par la tête.

Skartnak.com

PLANS POUR LE FUTUR

Est-ce que vous allez tourner une vidéo pour cet album, et si oui quelle chanson allez-vous choisir?
On dirait que non pour l'instant, le label ne nous a pas donné de budget malheureusement.

Est-ce que ça veut dire que vous vendez cet album moins bien que Traitors?
Non, ça veut dire que le label n'a pas l'argent pour ça (il rit). Je crois que les labels traversent une période difficile ces temps. Donc non je ne pense pas, à moins qu'on le fasse nous-même. Ça reste une possibilité j'imagine.

Est-ce que vous voulez aller dans une direction particulière pour votre prochain album?
Ouais, on ne veut pas refaire un Traitors ou un Heirs To Theivery. On veut prendre des éléments de ces albums et faire quelque chose de plus ambitieux. Je crois que les gens nous considèrent comme un groupe de death/grind, et je pense qu'on va sortir un album qui est plus dynamique musicalement, avec différentes sortes de chansons, certaines plus directes, certaines plus lentes, ça pourrait même être un album-concept. Quelque chose qui ne sera pas attendu de nous. Je crois que c'est ça qu'on veut faire par la suite.

Mais vous avez déjà mélangé des chansons lentes et rapides par le passé, dans vos trois derniers albums il y avait des chansons lentes.
Ouais, on aime vraiment les jouer, mais bien qu'on ait une variété de chansons sur les albums, je crois qu'on veut faire quelque chose qui nous rendent plus ambitieux, un album plus long, qui durera peut-être une heure, un album-concept qui serait plus intéressant et encore plus dynamique que ce qu'on a essayé de faire par le passé. Simplement faire quelque chose de différent.

Ok. Est-ce que tu veux encore ajouter quelque chose?
Merci pour l'interview, et venez écouter notre musique si vous ne nous connaissez pas.

Skartnak.com

Interview : Arnaud M.

Plus d'infos :

Label : Relapse Records

MySpace : www.myspace.com/miseryindex

Site Web : Pas de site

Site du label: www.relapse.com


Interview cliquée : 14225 fois



Chroniques du même artiste :

Misery Index

Misery Index

"Traitors"


Date de sortie : 2008

Note: 4.5/5


Live Reports du même artiste :

Krisiun

Krisiun

Krisiun, Misery Index, Necroblation

Date : 27.06.13

Lieu : Le Romandie - Lausanne

Neurotic Deathfest 2011

Neurotic Deathfest 2011

At The Gates, Autopsy, Obituary, Atheist, Necrophagia, Misery Index, Beneath The Massacre, Hate Eternal, etc, etc...

Date : 30.04.11

Lieu : 013 + Midi - Tilburg (Hollande)

Misery Index

Misery Index

Grave, Arsis, The Last Felony

Date : 15.11.10

Lieu : Schüur - Lucerne

Hellfest 2009

Hellfest 2009

Mötley Crüe, Wasp, Samael, Misery Index, Heaven and Hell etc...

Date : 19.06.09

Lieu : Open-Air - Clisson

Metal Mayhem

Metal Mayhem

Misery Index, Hate Eternal, Aeon, See You Next Tuesday

Date : 20.01.08

Lieu : Kiff - Aarau

Interviews aléatoires :

Refused

Refused

Calcined

Calcined

Crucial Action

Crucial Action

Throne Of Katarsis

Throne Of Katarsis

Liste des commentaires :

sickness

Merci dude ;) Ouais, il envoie dans les règles de l'art ! Et je suis curieux de voir ce qu'ils vont sortir par la suite, ça m'a assez intrigué ce qu'il a répondu je dois dire. C'est cool qu'ils décident de passer à quelque chose de bien élaborer, y'a tellement de potentiel dans ce groupe. Et quand ils partent dans des structures plus progressives (du genre Ghosts Of Catalonia), ça donne super bien. Bref, vivement la suite.

Posté le : 25.11.2010 à 23:11

deadwood

Super sympa l'interview!
Bien foutu les questions!
Et putain il défonce le dernier album!!
Cheers

Posté le : 25.11.2010 à 19:53

sickness

Merci pour le gentil commentaire. Oui en effet il a plein de choses à dire, et je conseille à tous d'aller lire ses paroles très riches (sociologie, politique, impérialisme culturel, anti-religion, anti-capitalisme, anti-conformisme, environnement, consumérisme, médias et j'en passe).

Posté le : 25.11.2010 à 19:52

Sandra

ça doit vraiment être super intéressant d'avoir une discussion avec ce gars. Chouette interview by the way!

Posté le : 25.11.2010 à 15:03

Ajout de commentaires :

Nom/Pseudo :

E-mail (Facultatif) :

Commentaire :


Code de confirmation (minuscules) :
Skartnak
Entrez le code de confirmation :



Skartnak.com Skartnak.com Abraham

Abraham

Look, Here Comes The Dark!

Kroniks
Lame Shot

Lame Shot

"Try Again"


Date de sortie : 2018

Note : 4/5

Harker

Harker

"No Discordance"


Date de sortie : 2018

Note : 4/5

Jesse Lebourdais

Jesse Lebourdais

"Grief Intensity Friendship"


Date de sortie : 2017

Note : 4/5

Dani Llamas

Dani Llamas

"Dead Labor"


Date de sortie : 2018

Note : 4/5

Red City Radio

Red City Radio

"Skytigers"


Date de sortie : 2018

Note : 3.5/5

Hunted Like Thieves

Hunted Like Thieves

"Control"


Date de sortie : 2017

Note : 3.5/5

Toutes les kroniks...

Live Report
The Damned

The Damned


19.05.18

Les Docks - Lausanne

Abraham

Abraham


10.05.18

Le Romandie - Lausanne

Impetus Festival 2018

Impetus Festival 2018


28.04.18

Le Romandie - Lausanne

Touts les live reports...

Commentaires Skartnak.com

Kickback

Total des commentaires : 18

Against Me!

Total des commentaires : 11

One Last Chance

Total des commentaires : 9

Borderline

Total des commentaires : 9

Polar Bear Club

Total des commentaires : 9

Hateful Monday

Total des commentaires : 8

Behemoth

Total des commentaires : 7

Real Deal

Total des commentaires : 7

Rise and Fall

Total des commentaires : 7

Requiem For Sirens

Total des commentaires : 7

Napalm Death

Total des commentaires : 7

Killswitch Engage

Total des commentaires : 6

Unearth

Total des commentaires : 6

Black Dahlia Murder, The

Total des commentaires : 6

Throne Of Katarsis

Total des commentaires : 6

Total : 230 commentaires



Banner on Skartnak.com