Skartnak.com Skartnak.com

Visiteurs aujourdhui: 634
Visiteurs actuellement sur le site: 38

Skartnak Version

Bleu : Orange :

RSS Live Reports

Metaldays 2014

Megadeth, Opeth, Heaven Shall Burn, etc.

21.07.14 / Tolmin, Slovénie

Flyer

Skartnak.com Commencer le festival avec une cheville complètement pétée, ça c’est fait ! Une grosse chute lors de ma première soirée dimanche à Tolmin a résulté en une méchante entorse des deux côtés du pied qui va encore m’embêter jusqu’à la fin du mois d’août. Manque de bol, cela arrive le premier soir, comme j’ai dit, et il faut donc tenir le festival, qui dure toute la semaine, avec ce pied en compote. Pour éviter de trop fatiguer mon pied, je suis souvent resté assis et j’ai réduit le nombre de concerts que je voulais voir. Résultat : beaucoup de concerts dans lesquels je ne suis pas rentré dedans, mais aussi plein de bonnes surprises et d’excellents groupes que j’ai su apprécier (était-ci ce peut-être lié au mélange antidouleurs-alcool ?). Voici le bilan de 5 jours de concerts en Slovénie :

LUNDI 21.07.2014

Un jour pluvieux, le premier de la semaine, et une quasi-incapacité de marcher, je dois donc me battre pour me déplacer et voir les concerts.

Cripper : un thrash basique mais efficace néanmoins. Le public est impressionné par la voix de la chanteuse, mais j’avoue qu’elle ne me convainc pas. Ce n’est pas une critique envers les femmes dans le métal, mais il est vrai qu’un plus petit corps et une morphologie légèrement différente, ce que l’on trouve chez les femmes, les empêche d’avoir le même coffre que les collègues masculins. Cette chanteuse-ci ne fait pas partie de ces femmes qui assurent dans le metal. Prenez plutôt comme exemple des groupes comme Walls Of Jericho, Derketa, Mythic ou encore Demonomacy si vous voulez des femmes qui ont une voix extrême et bien compatible avec la musique. En dehors de cela, le groupe se vaut plutôt bien au niveau musical, quelque part entre Grip Inc et Holy Moses.

Alcest : Sous un ciel gris, quelques rayons de soleil pénètrent l’enceinte du festival. Ce serait une façon de décrire la musique qu’Alcest nous présente en cette fin d’après-midi. Des relents très éloignés de black metal, maintenant une ambiance morose tout en introduisant des plus en plus d’éléments shoegaze/dreampop, un style très gris et très éthéré, en même temps. Le chant est juste et très propre, et la timidité scénique des musiciens rajoute du charme au concert de Neige et ses consorts. Les fans d’Anathema/ Katatonia ne seraient pas déçus de ce concert.

Grave : Un pilier de la scène de death suédois, ce groupe n’a cependant jamais su entrer dans mon estime. Aujourd’hui en revanche, Grave se montre particulièrement en forme, traduit par un excellent son, en plus de cela. La voix d’Ola Lindgren est en parfaite adéquation avec les riffs haineux qui nous sont balancés autour des oreilles.

Aborted : Que y a-t-il d’autre à ajouter à ce groupe, à part que le son réglé par notre bon suisse Chris Noth (big up, bro !) accentue encore davantage la précision et l’attaque des musiciens, multipliant l’impact de leur deathgrind technique. On assiste à un groupe au sommet de sa forme, que ce soit sur scène que sur album ou encore au niveau du line-up, qui est composé des meilleurs musiciens que Sven De Caluwé aurait pu souhaiter. Le seul reproche que l’on pourrait faire à ce concert est le fait qu’il se déroule sur la seconde scène, trop petite pour un groupe de cette envergure. Prochaine fois, c’est la Mainstage qu’il faudra réserver à ces bonhommes du Benelux !

Opeth : J’ai décroché de ce groupe quelque part en 2005. J’avais vu un excellent concert d’eux au Graspop 2003 lors de la tournée Deliverance et ensuite, la direction prise par le groupe m’a fortement déçue, même les concerts n’étaient plus à la hauteur. Ce soir, mon avis sur Opeth a changé et ils ont su regagner ma confiance. Pas en ce qui concerne les sorties, parce que leur dernier album n’est pas du tout ma tasse de thé, mais en matière de concerts, les Suédois ont compris qu’il faut continuer de jouer du death metal et de ne pas abandonner le chant guttural si vite. Comme le disait si bien Mikael Akerfeldt pendant le concert, la setlist était majoritairement destinée aux vieux aigris qui trouvent qu’Opeth, c’était mieux avant. Je me suis totalement senti visé et j’ai fermé ma gueule sur-le-champ. Des titres comme White Cluster, Demon Of The Fall ou encore Deliverance ont fait le bonheur de tout le monde, anciens ou nouveaux fans d’Opeth. L’acclamation est immense, et mérité.

Immolation : D’habitude une de ces valeurs sûres qui assurent chaque concert, notamment parce qu’il n’y a pas un seul mauvais morceau dans leur répertoire, mais aussi parce que le groupe gravite autour de musiciens de qualité. On pense en premier lieu au guitariste Bob Vigna et son jeu très expressif, qui fait faire des cascades à sa guitare tout en maintenant un jeu très stable et techniquement très propre. A côté de Vigna, on oublierait presque qu’il y a d’autres musiciens, jusqu’à ce qu’on entend la voix inhumaine de Ross Dolan à la basse, autre vestige de ce groupe new-yorkais fondé dans les années 80. C’est bien le batteur qui perturbe le spectacle, son jeu n’étant pas comme d’habitude. Il semble avoir de la peine à suivre les riffs, et cela rend le produit fini un peu déconstruit, ce qui dérange lorsqu’on écoute des compositions aussi compliquées que celles d’Immolation. Il faut admettre que les plans de batterie sont exigeants et évidemment pas faciles à jouer pour n’importe quel batteur, mais cela n’excuse pas cette mauvaise exécution, surtout pas lorsque l’on clôt la soirée par un set de 75 minutes. Très dommage.

MARDI 22.07

Après cette première journée, mon pied ne va pas mieux, et la situation s’est même aggravée. Il convient donc de visiter l’hôpital à Sempeter, faire une radio et regarder ce qui peut être fait. Par conséquent, je loupe donc la majeure partie des concerts.

Borknagar : Excellent concert, mélangeant black classique et black sympho, avec une voix opératique de la part d’ICS Vortex. Un style unique et un groupe qui monte rarement sur scène, un moment exceptionnel auquel a pu assister le public, que je trouvais peu présent.

Satyricon : Absolument ennuyant, il n’y a rien dans ce concert qui a su me captiver, une monotonie absolue dans les chansons et un manque flagrant de communication entre Satyr et le public, nombreux cette fois-ci.

Vader : Comme d’habitude, le groupe polonais sait comment préparer un assaut sonore pour les fans, avec une vitesse et une agressivité quasiment inégalée. Ce qui diffère ce soir, c’est la sélection de morceaux avec laquelle ils décident de le faire. Je vous mets ici la setlist truffée de titres classiques des années 90 ainsi que quelques morceaux plus récents mais tout aussi tranchants, et vous comprendrez assez vite de quoi je parle :
• Sothis
• Vicious Circle
• Reborn in Flames
• Silent Empire
• Fractal Light
• Return to the Morbid Reich
• Come and See My Sacrifice
• Triumph of Death
• Where Angels Weep
• Carnal
• Chaos
• Wings
• Sword of the Witcher
• Helleluyah!!! (God Is Dead)
• Dark Age
• This Is the War

MERCREDI 23.07

Havok : Voilà un parfait exemple d’un groupe de thrash revival qui ne sait rien faire d’autre que de copier des riffs de Slayer et de Metallica et de les jouer exactement de la même façon, mais moins bien et selon la même structure pour chaque titre. Un groupe qui fait honte au bon thrash.

Forgotten Tomb : Du black metal ultra-dépressif, mais qui garde un groove par-dessus tout. Grâce à ce groove, on note les influences de Celtic Frost et Black Sabbath (eux-mêmes disent être très fans de ce dernier groupe). Très bon concert qui aurait mérité davantage de personnes devant la petite scène.

Amorphis : Parmi les meilleurs concerts du festival, c’est aussi un des groupes qui a réussi à rassembler un maximum de monde. Le terrain devant la scène principale était quasiment plein, et on se rend enfin compte que cette année est bien la première édition où le festival a vendu la totalité des billets. Avec une setlist rassemblant l’ensemble des meilleurs morceaux du groupe, les Finlandais ont de quoi enchanter tout le monde. Du death classique figurant sur ‘Karelian Isthmus’ jusqu’aux effort plus récents, Amorphis pense à tout le monde et chacun se sent privilégié d’assister à un de leurs meilleurs concerts. Ce soir, Amorphis aurait largement mérité la place de tête d’affiche au lieu de Volbeat. Magnifique !

Possessed : Ayant passé mon temps au bar de la plage pendant Asphyx et Volbeat (deux groupes que je ne supporte pas), je remonte enfin pour voir le dernier groupe de la journée sur la petite scène, j’ai nommé les légendaires Possessed. Groupe connu pour avoir donné le nom «death metal » au genre avec leur demo de 1984, ils peuvent être comptés comme les pères fondateurs du genre parmi Death et Master. La plupart des morceaux joués sont évidemment des titres sortis tout droit du milieu des années 80. Très très rapides (merci à Nick Barker derrière la batterie) et d’une hargne inouïe, le groupe autour de Jeff Becerra donne tout ce qu’il a dans le ventre et cela suffit amplement pour maintenir les gens réveillés à cette heure tardive. C’est l’éclate totale et Becerra le voit dans nos yeux. Un des groupes les plus sincères et les plus appréciés du festival, merci Possessed !

JEUDI 24.07

In Solitude : Mercyful Fate, Danzig et Paradise Lost décident de faire une jam-session dans un bar un samedi soir, voilà comment je résumerais ce que font In Solitude. Un mélange très subtil de toutes ces influences, et une conversion très professionnelle de tous les éléments dans la musique, et un jeu tout à fait maitrisé sur scène. C’est en ayant vu ce groupe sur scène que l’on comprend pourquoi des groupes comme Watain et Behemoth sont fans d’eux, car ils apportent la noirceur la plus profonde dans une musique qui parait très calme. Une grande réussite.

Prong : Probablement le concert le plus cool du festival. Je ne dis pas le meilleur, bien qu’il se trouve parmi les meilleurs gigs de la semaine, mais certainement le plus cool. Qu’est-ce qu’on se sent bien quand on écoute Prong ! Le groove le plus contagieux de la planète, une voix burnée et très attrayante de la part de Tommy Victor et et un nombre incomptable de riffs géniaux. Le fait qu’ils jouent en trio rend l’ensemble encore plus tight et rentre-dedans. Meilleurs moments : les classiques ‘Beg To Differ’ et ‘Snap Your Fingers, Snap Your Neck’. Impossible de ne pas secouer violemment de la tête !

Benighted : Les Français prouvent encore une fois qu’ils sont, tout comme Aborted, parmi les maitres du deathgrind ultracarré. Petit hic cependant, le guitariste et bassiste remplaçants ne semblent pas encore tout à fait à la page concernant toutes les parties à jouer, mais cela n’a pas pour autant gâché le plaisir auditif.

Inquisition : Ce groupe culte nous vient de Colombie et présente l’essence du black metal sous sa forme la plus condensée : des guitares avec un son de rasoir, une voix qui rappelle celle d’Abbath à sa meilleure époque, et des blast-beats primitifs mais qui font assez bien l’affaire. Ce groupe, c’est Satan.

Megadeth : O combien j’ai pu être déçu par ce groupe l’année passée à Milan, en ouverture d’Iron Maiden. Un son dégueulasse, un choix de chansons absolument horrible et une absence totale de motivation chez les Ricains. Ce soir, c’est l’inverse qui se produit : une énergie que l’on n’a pas vu chez Megadeth depuis la dernière fois où ils se droguaient encore (ça commence à dater), un son correct à part la grosse caisse beaucoup trop forte, et un choix de titres, mon Dieu… Quelle parfaite sélection de tout ce qu’il y a de mieux chez Megadeth. Surtout des tubes, mais aussi des vieux classiques que l’on n’a plus entendu depuis des lustres. Je vous laisse apprécier la setlist :
1. Hangar 18
2. Wake Up Dead
3. In My Darkest Hour
4. Tornado of Souls
5. Sweating Bullets
6. Skin o' My Teeth
7. Dawn Patrol
8. Poison Was the Cure
9. Set the World Afire
10. She-Wolf
11. Trust
12. A Tout Le Monde
13. Public Enemy No. 1
14. Kingmaker
15. Cold Sweat (Thin Lizzy cover)
17. Symphony of Destruction
18. Peace Sells
19. Holy Wars... The Punishment Due

VENDREDI 25.07

Soen: Des melodies très Toolesques, mais bien plus décontracté et calme. Une grande découverte pour ma part, je vous recommande vivement !

Ghost Brigade : Ces jeunes hommes n’ont pas peur de nommer et d’assumer leurs influences ; on entend du Paradise Lost, du Anathema, du Katatonia, du Amorphis et encore tant d’autres groupes dans le doom-death/rock ambient. Un style difficile à décrire sans nommer les groupes que jeviens de placer ci-haut. Une douce mélancolie dans leur manière de jouer qui va de pair avec le temps légèrement pluvieux au moment du concert.

Leng Tch’e : Même si j’adore ces gars et qu’ils ont joué mon titre préféré (‘The Fist of the Leng Tch'e’), c’était très difficile de crocher à leur performance, le tout étant un peu désordonné et pas assez propre pour du deathgrind. Dommage, parce que j’ai vu des concerts bien meilleurs de ces Belges !

My Dying Bride : Un des meilleurs concerts de ce festival, et certainement le meilleur concert que j'ai vu d’eux. Les Anglais remportent à Tolmin la palme du meilleur son de guitare et des riffs les plus pesants. A cela s’ajoutent encore les lamentations emblématiques d’Aaron Stainthorpe, qui se roule parterre et se met en boule pendant qu’il chante, pour vraiment montrer à quel point il souffre encore en récitant les paroles pleines de tourmentes. Parfaite fin de concert avec les deux classiques ‘The Cry Of Mankind’ et ‘Turn Loose The Swans’. A moins de ne pas aimer le genre doom-death, on ne peut rien reprocher à la prestation britannique.

Suffocation : Une valeur sûre en matière de brutal death, les pères fondateurs du slam death ont bien joué, en effet, mais j’étais déjà épuisé et souffrais de ma cheville. En plus, après un concert aussi bon que My Dying Bride, il était très difficile de rentrer dans un style totalement différent sur la petite scène. Pour le reste, référez-vous au Live Report du Neurotic Deathfest 2014.

Heaven Shall Burn : N’ayant pas suivi le groupe depuis leur concert à Wacken 2009, je me suis dirigé vers la grande scène sans attente quelconque des Allemands. En retour, j’ai assisté au meilleur concert de tout le festival. Un death mélodique à tendances core d’une efficacité surprenante, une participation plus que respectable de la part du public (notamment le circle-pit autour de la régie et du bar, quelle vue impressionnante !) et deux reprises de rêve. Ce sont bien ces reprises qui pèsent fort dans ma balance d’appréciation. Tout d’abord, vers le milieu du concert, une reprise d’un morceau classique d’Edge Of Sanity, ‘Black Tears’. Reprise adaptée à leur style musical, sans pour autant violer l’originale, ce n’est pas un boulot facile, chapeau bas et cocktails balancés parterre, tellement j’ai aimé. Puis, à la toute fin du concert : ‘Valhalla’ de Blind Guardian. Si si. Je ne savais même pas qu’ils jouaient ce morceau, et j’ai donc été très agréablement surpris et plus tard même choqué (d'une manière positive), une fois que j’ai reconnu le morceau quelques secondes plus tard. La majorité du public devait, comme moi, mourir de joie et ne plus avoir de voix. Cette reprise n’a été jouée que 9 fois par Heaven Shall Burn, les 8 fois précédentes ayant eu lieu en Allemagne lors de leur tournée en décembre 2013, c’est donc un moment très spécial auquel nous avons témoigné à Tolmin.

Tiamat : Cette date faisait partie des derniers concerts avec Johan Edlund, chanteur et fondateur du groupe, et qu’est-ce que sa voix immédiatement reconnaissable va nous manquer. On apprécie alors davantage ce concert, sachant que c’est le dernier du festival et un des derniers avec Edlund. Plein de moments forts en émotions, notamment lorsqu’on entend des titres comme ‘Brighter Than The Sun’, ‘Whatever That Hurts’ et ‘Gaia’. On repense au 20ème anniveraire du classique ‘Wildhoney’ et à quel point les morceaux ont bien vieilli en concert, l’impact étant toujours le même. Des chansons calmes et entrainantes, mais qui gardent une certaine force de frappe, voilà une parfaite combinaison pour clore cinq jours de concerts.

Un temps plus pluvieux et gris que les années précédents, ce qui n’est pas pour me déplaire, et un peu moins de bons concerts, voilà un bilan dressé de manière comparative. Ceci étant dit, il y a eu beaucoup de bonnes surprises (Opeth, Megadeth, Heaven Shall Burn) et bien sûr plein de bons moments entre potes, vers la plage, en sirotant des cocktails avec plein de rires. C’est un festival connu pour son cadre et il gardera toujours ce charme.

Les améliorations depuis la dernière fois : Le gigantesque stand Mercator pour faire ses courses au milieu du camping était une riche idée, plus besoin d’aller jusqu’au village pour retrouver le supermarché. Autres points forts depuis l’an passé : de l’eau potable gratuite partout et un plus large choix de nourriture (le stand Maharaja était au top, vive les samosa !!!). Les choses à améliorer : Ayez des béquilles ou chaises roulantes à disposition à l’infirmerie pour des cons comme moi qui se font mal aux pieds/jambes, l’hôpital est super loin ! Puis ce Wifi gratuit, soit vous l’améliorez, soit vous abandonnez le concept.

Merci à l’organisation, puis à David de CMM Marketing GmbH pour l’invitation et probablement à l’année prochaine !


Live Report : Sanders

Ajouté le : 31.07.14

Live Report cliqué : 4114 fois


Chroniques similaires :

Heaven Shall Burn

Heaven Shall Burn

"Iconoclast"


Date de sortie : 2008

Note: 4.5/5

Heaven Shall Burn

Heaven Shall Burn

"Deaf to our Prayers"


Date de sortie : 2006

Note: 3/5

Megadeth

Megadeth

"Endgame"


Date de sortie : 2009

Note: 3.5/5

Opeth

Opeth

"Watershed"


Date de sortie : 2008

Note: 3.5/5


Interviews similaires :

Heaven Shall Burn

Heaven Shall Burn

Réalisée le 29.12.07 avec Matthias Voigt, batteur



Live Reports des mêmes artistes :

Metaldays 2015

Metaldays 2015

Accept, Saxon, Carcass, Queensrÿche, Moonspell, etc.

Date : 20.07.15

Lieu : - Tolmin, Slovénie

Neurotic Deathfest 2015

Neurotic Deathfest 2015

Bloodbath, Entombed, Immolation, Obituary, Morgoth, Nader Sadek, Broken Hope, etc.

Date : 17.04.15

Lieu : 013 - Tilburg, Pays-Bas

Opeth

Opeth

Alcest

Date : 01.11.14

Lieu : Komplex 457 - Zürich

Metal Assault Festival

Metal Assault Festival

Psycroptic, The Resistance, Dew-Scented, Prostitute Disfigurement, etc.

Date : 27.09.13

Lieu : Grand-Vennes - Lausanne

Megadeth

Megadeth

Megadeth, The Burden Remains

Date : 29.05.13

Lieu : Fri-Son - Fribourg

Liste des commentaires :

Whooper

hahahahahaha tellement bien le report de Havok xD

Posté le : 11.08.2014 à 06:49

Ajout de commentaires :

Nom/Pseudo :

E-mail (Facultatif) :

Commentaire :


Code de confirmation (minuscules) :
Skartnak
Entrez le code de confirmation :



Skartnak.com Skartnak.com Hateful Monday

Hateful Monday

Unfrightend

Kroniks
Cold Reading

Cold Reading

"Sojourner"


Date de sortie : 2017

Note : 3.5/5

MUDIE

MUDIE

"Cordoba"


Date de sortie : 2017

Note : 4/5

Las Furias

Las Furias

"Senorita Rock'N Roll"


Date de sortie : 2016

Note : 4/5

Go Spleen

Go Spleen

"Slow Moves"


Date de sortie : 2017

Note : 4/5

88 Fingers Louie

88 Fingers Louie

"Thank You For Being A Friend"


Date de sortie : 2017

Note : 5/5

Mudbath

Mudbath

"Brine Pool"


Date de sortie : 2017

Note : 3.5/5

Toutes les kroniks...

Interviews
Guerilla Poubelle

Guerilla Poubelle

avec Till


ajouté le : 07.12.17

The Bennies

The Bennies

avec Jules, Craig


ajouté le : 19.03.17

Less Than Jake

Less Than Jake

avec Chris DeMakes


ajouté le : 16.11.16

Toutes les interviews...

Commentaires Skartnak.com

Sonisphere Festival

Total des commentaires : 24

Long'I'Rock Festival

Total des commentaires : 18

Lamb Of God

Total des commentaires : 17

Good Charlotte

Total des commentaires : 14

Neurotic Deathfest 2010

Total des commentaires : 14

Groezrock Festival

Total des commentaires : 11

Hellfest 2008

Total des commentaires : 11

Propagandhi

Total des commentaires : 10

Alesana

Total des commentaires : 9

The Flatliners

Total des commentaires : 9

Sonisphere Festival

Total des commentaires : 9

Gronibard

Total des commentaires : 8

No Use For A Name

Total des commentaires : 8

Maroon

Total des commentaires : 8

The Tour of Nero 2008

Total des commentaires : 8

Total : 447 commentaires



Banner on Skartnak.com