Skartnak.com Skartnak.com

Visiteurs aujourdhui: 460
Visiteurs actuellement sur le site: 40

Skartnak Version

Bleu : Orange :

RSS Live Reports

Inferno Festival (Samedi)

Mayhem, Death, Gorguts, Arch Enemy, Solstafir

28.06.14 / Les Docks - Lausanne

Flyer

Skartnak.com L’édition 2014 du festival Inferno Switzerland a connu quelques couacs avant même son début, le plus important étant bien sûr la suppression de la seconde scène au Base Bar, lié à des plaintes quant au niveau sonore puis un refus d’autorisation de la part de la Police du commerce. Lausanne Rock City n’est plus ce que c’était. Ceci a résulté en l’annulation de tous les groupes suisses, cela concernait entre autre Bölzer et Darkrise le samedi. Malgré ces soucis de dernière minute, qui ont été rapidement gérés, cette édition a prouvé être un grand succès. Le public est venu en masse et le site du festival s’est encore agrandi par rapport aux années précédentes. Le skatepark accueillait deux exhibitions, celles de H.R. Giger qui nous a quittés cette année et de Zbigniew Bielak (auteur d’illustrations pour Mayhem et Watain, parmi d’autres), tandis que le théâtre de Sévelin était le lieu d’une autre exposition, celle des peintures de Mario Duplantier (Gojira), mais pas que ça : il y avait également des concerts, parmi lesquels j’ai pu voir celui de Kevin Hufnagel (Gorguts). Bien sûr, la partie principale se déroulait aux Docks, où se sont enchainés des très bons concerts. Bilan du samedi 28 juin.

Début à 17h30, l’heure étant légèrement avancée afin de pouvoir rajouter un groupe sur la scène principale, Solstafir ne pouvant pas jouer au Base Bar. Les Islandais ont profité de la plus grande scène pour se balader davantage sur la scène et en dehors (je parle surtout du chanteur), faisant en sorte que chaque présent soit transporté dans leur monde post-rock à tendance shoegaze. Plus rien à voir avec le black metal qu’ils jouaient au début de leur carrière. Bon débarras, on a envie de dire, car ils maitrisent bien mieux leur style actuel et ce dernier a le mérite d’être plus particulier. Leurs mélodies éthérées entament cette soirée dans le calme, tout en rajoutant des passages plus rauques, rappelant à tout le monde qu’ils font toujours partie du milieu metal. Set malheureusement raccourci pour des raisons évoquées précédemment, mais Solstafir a pleinement utilisé le temps mis à disposition pour émerveiller toute une salle.

La salle des Docks est déjà bien remplie à 18h45 lorsque Gorguts monte sur scène, présentant surtout son dernier opus ‘Colored Sands’. La bande de Luc Lemay sait impressionner par la maitrise technique de leurs instruments, tout en proposant des structures intéressantes dans les titres joués. Death metal technique oui, mais non sans âme, le rendu sur scène étant encore mieux que sur CD. Articulant sciemment la brutalité et le côté atmosphérique, les Québécois ont su se renouveler à chaque album et ce depuis 25 ans. Ce n’est pas une musique facile d’accès pour l’oreille lambda ni même pour le métalleux avéré, mais que c’est rafraichissant d’avoir un groupe comme Gorguts qui ressort du lot en matière de death metal ! A cause des contraintes de temps, ce set était également raccourci et le classique ‘Orphans Of Sickness’ manquait cruellement, même pour le groupe qui, comme le public, était resté sur sa faim.

Ensuite, il est l’heure pour Death (DTA) de confirmer leur statut de légendes du genre et leur place au sommet de la musique extrême. Pas besoin de le confirmer, me dira-t-on, mais les sceptiques sont encore nombreux, pensant que Death aurait dû être enterré après la mort de son fondateur, Chuck Schuldiner. Que nenni, Death To All, c’est tout aussi bon sans Chuck, ayant trouvé en Max Phelps (Cynic) un excellent remplaçant pour faire vivre aux plus jeunes qui n’ont pas connu la grande époque de Death, l’excellence scénique de ce groupe. Pour cette deuxième tournée européenne de Death DTA, c’est encore une fois le line-up de l’album ‘Human’ qui brave les scènes des différentes villes parcourues, parmi lesquels Lausanne se trouve sur la liste, pour le plus grand bonheur des personnes présentes. Le groupe joue donc surtout des morceaux des 4 premiers albums de Death, puis invite Hannes Grossmann et Steffen Kummerer d’Obscura à interpréter avec Steve DiGiorgio, Paul Masvidal et Max Phelps quelques titres post-‘Human’, à savoir ‘Spirit Crusher’ et l’emblématique ‘Symbolic’. Le public est en feu, et l’échange d’énergie entre celui-ci et les Floridiens sur scène est à son sommet. Tant que Death DTA continue les hommages à Chuck, il faut profiter de (re)vivre cette expérience.

On revient vers le calme au Théâtre de Sévelin, où Kevin Hufnagel présente quelques-unes de ses compositions, interprétées sur un ukulélé. Les connaisseurs sauront combien il est difficile de bien faire sonner cet instrument. Non seulement Kevin Hufnagel maitrise parfaitement cet instrument, il fait preuve d’une grande virtuosité dans sa manière de jouer des pièces très difficiles, adoptant une vaste palette de techniques sur un si petit instrument. Performance tout aussi époustouflante que ce qu’il a accompli avec Gorguts quelques heures plus tôt.

Après ce calme vient la tempête. Non non, je ne parle pas du concert d’Arch Enemy, qui incarnait la faiblesse à son paroxysme, mais l’orage qui sévit dehors, me forçant donc d’aller voir le groupe suédois qui a perdu mon intérêt depuis plus de 10 ans, alors que sa popularité ne cesse de croitre depuis cette époque-là. Des riffs accessibles, des mélodies bateau que l’on devine 10 minutes à l’avance, ce groupe joue un death mélodique parfaitement adapté à un public qui n’est pas fan du bon death mélodique. Ne me comprenez pas mal, j’adore Arch Enemy, mais les années 90 et le temps d’albums incroyables comme ‘Black Earth’, ‘Stigmata’ ou encore ’Burning Bridges’ est une époque lointaine, délaissé pour faire place à du metal plus radio-friendly. Et je ne parle même pas de la nouvelle chanteuse, ou comment trouver encore pire qu’Angela Gossow. Je sais que c’est difficile de trouver une femme qui a un véritable coffre pour chanter du metal extrême, sans critiquer les femmes dans le metal, malheureusement elles sont plus petits que leurs homologues masculins et ont par conséquent moins dans les poumons. Mais il existe des voix féminines puissantes dans le death (Derketa, Mythic, Demonomacy, Agoraphic Nosebleed), alors pourquoi choisir une nénette qui a zéro puissance dans le coffre et qui en plus chante avec une technique deathcore moderne insipide ? Bref, grande déception, mais une déception à laquelle je m'attendais.

C’est enfin l’heure de la véritable tête d’affiche du samedi et une légende du black metal norvégien, encore sur les pieds après une carrière de 30 ans, j’ai nommé Mayhem. Le concert commence avec quelques hics, surtout des problèmes de micro et un mauvais son de manière générale. Ce n’est qu’après une demi-heure, lorsque le groupes entame ‘Buried By Time And Dust’ du cultissime’De Mysteriis Dom Sathanas’ que le son s’améliore au fur et à mesure, et c’est dès ce moment que l’on peut apprécier l’excellence scénique de Mayhem. Un Attila Csihar totalement déjanté avec son crâne/microphone et un Hellhammer derrière les fûts qui ne cesse jamais les tapis de double grosse caisse et les blasts à une vitesse inhumaine : les deux hommes de la soirée, sans aucun doute ! A cela s’ajoute une setlist retraçant l’ensemble de la carrière du groupe, jouant plusieurs titres de l’incontournable ‘De Mysteriis Dom Sathanas’ de 1994, passant par ‘Deathcrush’ de 1987 et finissant même sur des morceaux de la première démo de 1984 ! Mayhem est un de ces groupes qui, malgré les controverses qui les entourent, porte haut et fier le drapeau du vrai black metal, sans compromis, sans fioritures, juste de la pure noirceur. Ce sont des corps totalement épuisés mais contents qui quittent l’enceinte du festival, se demandant comment sera la prochaine édition, et si celle-là pourra surpasser ce que l’on vient de vivre aujourd’hui.

Live Report : Sanders

Ajouté le : 07.07.14

Live Report cliqué : 2159 fois


Chroniques similaires :

Sólstafir

Sólstafir

"Svartir Sandar"


Date de sortie : 2011

Note: 4/5

Sòlstafir

Sòlstafir

"Khöld"


Date de sortie : 2009

Note: 4.5/5



Live Reports des mêmes artistes :

Purgatorium Europe MMXVII

Purgatorium Europe MMXVII

Mayhem, Dragged Into Sunlight

Date : 05.04.17

Lieu : Les Docks - Lausanne

Rock Altitude Festival 2016

Rock Altitude Festival 2016

Behemoth, Mayhem, Entombed AD, Steve 'n' Seagulls, Rorcal

Date : 10.08.16

Lieu : Patinoire - Le Locle

Death To All

Death To All

Death, Nihilo, Defaced

Date : 14.08.15

Lieu : Kulturfabrik - Lyss

Symbolic Tour

Symbolic Tour

Death, Abysmal Dawn, Loudblast

Date : 06.03.15

Lieu : Alte Kaserne - Zurich

Death

Death

Obscura, Darkrise

Date : 23.11.13

Lieu : Dynamo - Zürich

Ajout de commentaires :

Nom/Pseudo :

E-mail (Facultatif) :

Commentaire :


Code de confirmation (minuscules) :
Skartnak
Entrez le code de confirmation :



Skartnak.com Skartnak.com Future Faces

Future Faces

Revolt

Kroniks
Las Furias

Las Furias

"Senorita Rock'N Roll"


Date de sortie : 2016

Note : 4/5

Go Spleen

Go Spleen

"Slow Moves"


Date de sortie : 2017

Note : 4/5

88 Fingers Louie

88 Fingers Louie

"Thank You For Being A Friend"


Date de sortie : 2017

Note : 5/5

Mudbath

Mudbath

"Brine Pool"


Date de sortie : 2017

Note : 3.5/5

Crash Ton Rock

Crash Ton Rock

"Volte-Face"


Date de sortie : 2017

Note : 4.5/5

Setbacks

Setbacks

"Ocean Apart"


Date de sortie : 2017

Note : 4/5

Toutes les kroniks...

Interviews
The Bennies

The Bennies

avec Jules, Craig


ajouté le : 19.03.17

Less Than Jake

Less Than Jake

avec Chris DeMakes


ajouté le : 16.11.16

Hollywood Undead

Hollywood Undead

avec Johnny 3 Tears (bassiste, chanteur, rappeur et compositeur)


ajouté le : 20.05.16

Toutes les interviews...

Commentaires Skartnak.com

Sonisphere Festival

Total des commentaires : 24

Long'I'Rock Festival

Total des commentaires : 18

Lamb Of God

Total des commentaires : 17

Good Charlotte

Total des commentaires : 14

Neurotic Deathfest 2010

Total des commentaires : 14

Hellfest 2008

Total des commentaires : 11

Groezrock Festival

Total des commentaires : 11

Propagandhi

Total des commentaires : 10

The Flatliners

Total des commentaires : 9

Sonisphere Festival

Total des commentaires : 9

Alesana

Total des commentaires : 9

Maroon

Total des commentaires : 8

The Tour of Nero 2008

Total des commentaires : 8

Gronibard

Total des commentaires : 8

No Use For A Name

Total des commentaires : 8

Total : 447 commentaires



Banner on Skartnak.com